AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Colloque Philosophie/Sciences humaines

Jean-Claude Passeron en perspective

Philippe LACOUR

dateDate : 04/05/2020 heure Début : 9h -> Fin : 18h  Report du 17/02

lieu Adresse : Salle BS1-28, EHESS, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris

Résumé : Colloque organisé en collaboration avec le Centre Georg Simmel - EHESS.


L’œuvre de Jean-Claude Passeron semble avoir fait l’objet d’une réception ambivalente : admiré pour ses travaux de sociologie de l’éducation, associés au nom de Bourdieu, mais moins connu pour ses études ultérieures sur l’art ou la culture populaire ; invoqué comme un défenseur de la spécificité épistémologique des sciences sociales, mais peu lu et discuté sur ce terrain conceptuel, en particulier par les philosophes ; et enfin bien connu en France et dans le monde latin, mais pas forcément bien identifié dans le monde anglo-saxon. S’agit-il du destin assez classique de diffraction d’une œuvre longue ?
L’objectif de ce colloque est précisément de rouvrir cette œuvre dans sa diversité, et jusque dans ses angles morts, pour mieux en examiner la cohérence. Nous voudrions donc soumettre à l’analyse des participants les questions suivantes, parmi d’autres :
- Quelle continuité épistémologique instruit le parcours du Métier de sociologue jusqu’au Raisonnement sociologique ? Peut-on parler d’un prolongement, ou au contraire d’une rupture avec le bachelardisme ?
- Existe-t-il une unité de méthode dans les travaux sur l’éducation, l’art et la culture populaire ? Passeron applique-t-il dans ses livres de sociologue les conseils qu’il prône dans son épistémologie ?
- Quelle est la place de la critique dans cette sociologie ? En quoi peut-on la différencier de celle de Bourdieu ou de l’École de Francfort ?
- Comment la sociologie se positionne-t-elle par rapport aux autres sciences sociales ? À la philosophie ?
- Sur quels auteurs classiques s’appuie-t-elle, et, en particulier concernant Karl Popper et Max Weber, selon quelle lecture ? Et si celle-ci n’est pas acceptable, parce qu’il conviendrait de la rectifier, cela hypothèque-t-il l’ensemble de l’entreprise épistémologique de Passeron ?
- Enfin, comment cette pensée est-elle reçue à l’étranger, et pourquoi ?
Nous invitons donc les intervenants, tout en tenant compte de l’ensemble des travaux de Passeron, à se concentrer sur certains aspects précis, saillants, révélateurs et peut-être résistibles, susceptibles de faire sortir l’œuvre de ses gonds et de la faire « jouer » quelque peu.
Intervenants : Bruno Ambroise, CNRS, université Paris 1 ; Jean-François Bert, université de Lausanne ; Jean-Louis Fabiani, EHESS ; Lucie Fabry, ENS ; Claude Gautier, ENS Lyon ; Philippe Lacour, universidade de Brasilia, CIPh ; Jean Lassègue, CNRS/EHESS-Centre Simmel ; José Luis Moreo Pestana, universidad de Cadiz ; Laurent Perreau, université de Dijon ; Mélanie Plouviez, université de Côte d’Azur ; François de Singly, université de Paris Descartes ; Pascal Vallet, université Paris Ouest Nanterre ; Florence Weber, ENS Paris.

Ce colloque fera l'objet d'un programme détaillé.
Consulter le site du Collège www.ciph.org

>> Partager

    image philosophie

Colloque Philosophie/Sciences humaines

Jean-Claude Passeron en perspective

Philippe LACOUR

dateDate : 05/05/2020 heure Début : 9h -> Fin : 18h  Report du 18/02

lieu Adresse : Salle BS1-28, EHESS, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris

Résumé : Colloque organisé en collaboration avec le Centre Georg Simmel - EHESS.


L’œuvre de Jean-Claude Passeron semble avoir fait l’objet d’une réception ambivalente : admiré pour ses travaux de sociologie de l’éducation, associés au nom de Bourdieu, mais moins connu pour ses études ultérieures sur l’art ou la culture populaire ; invoqué comme un défenseur de la spécificité épistémologique des sciences sociales, mais peu lu et discuté sur ce terrain conceptuel, en particulier par les philosophes ; et enfin bien connu en France et dans le monde latin, mais pas forcément bien identifié dans le monde anglo-saxon. S’agit-il du destin assez classique de diffraction d’une œuvre longue ?
L’objectif de ce colloque est précisément de rouvrir cette œuvre dans sa diversité, et jusque dans ses angles morts, pour mieux en examiner la cohérence. Nous voudrions donc soumettre à l’analyse des participants les questions suivantes, parmi d’autres :
- Quelle continuité épistémologique instruit le parcours du Métier de sociologue jusqu’au Raisonnement sociologique ? Peut-on parler d’un prolongement, ou au contraire d’une rupture avec le bachelardisme ?
- Existe-t-il une unité de méthode dans les travaux sur l’éducation, l’art et la culture populaire ? Passeron applique-t-il dans ses livres de sociologue les conseils qu’il prône dans son épistémologie ?
- Quelle est la place de la critique dans cette sociologie ? En quoi peut-on la différencier de celle de Bourdieu ou de l’École de Francfort ?
- Comment la sociologie se positionne-t-elle par rapport aux autres sciences sociales ? À la philosophie ?
- Sur quels auteurs classiques s’appuie-t-elle, et, en particulier concernant Karl Popper et Max Weber, selon quelle lecture ? Et si celle-ci n’est pas acceptable, parce qu’il conviendrait de la rectifier, cela hypothèque-t-il l’ensemble de l’entreprise épistémologique de Passeron ?
- Enfin, comment cette pensée est-elle reçue à l’étranger, et pourquoi ?
Nous invitons donc les intervenants, tout en tenant compte de l’ensemble des travaux de Passeron, à se concentrer sur certains aspects précis, saillants, révélateurs et peut-être résistibles, susceptibles de faire sortir l’œuvre de ses gonds et de la faire « jouer » quelque peu.
Intervenants : Bruno Ambroise, CNRS, université Paris 1 ; Jean-François Bert, université de Lausanne ; Jean-Louis Fabiani, EHESS ; Lucie Fabry, ENS ; Claude Gautier, ENS Lyon ; Philippe Lacour, universidade de Brasilia, CIPh ; Jean Lassègue, CNRS/EHESS-Centre Simmel ; José Luis Moreo Pestana, universidad de Cadiz ; Laurent Perreau, université de Dijon ; Mélanie Plouviez, université de Côte d’Azur ; François de Singly, université de Paris Descartes ; Pascal Vallet, université Paris Ouest Nanterre ; Florence Weber, ENS Paris.

Ce colloque fera l'objet d'un programme détaillé.
Consulter le site du Collège www.ciph.org

>> Partager

    image philosophie