AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

Poésie et autorité. Déconstructions et reconstructions poétiques de l'autorité

Guillaume ARTOUS-BOUVET et Éric DAYRE

dateDate : 20/02/2020 heure Début : 10h -> Fin : 12h  O.K.

lieu Adresse : Salle D2-034, École normale supérieure de Lyon, site Descartes, 15 parvis René Descartes, 69007 Lyon

Résumé : Séminaire organisé avec le soutien de l'ENS Lyon, en collaboration avec le CERCC.


Le constat de la perte d’autorité sociale de la poésie est aujourd’hui largement partagé. Comme l’écrit Jean-Claude Pinson, « sous l’angle de son statut social, jaugée à l’aune de ce que les sociétés valorisent et respectent, la perte d’auréole témoigne bien, pour la poésie, d’une indéniable décrue de prestige et d’autorité en même temps que d’audience ». À quelles conditions la poésie peut-elle encore faire autorité ?
La philosophie, en son moment fondateur (Platon), aura soumis la poésie à une triple législation :
1. Ontologique : l’être doit pouvoir répondre à et de la parole poétique, en lui assignant une origine et un horizon (Phèdre).
2. Éthique et politique : l’imitation poétique doit régler le domaine de ses productions sur la dimension du moralement imitable (La République).
3. Linguistique : la poésie doit se déployer selon une configuration linguistique ordonnée, fixant l’origine de l’énonciation, et maintenant la distinction entre le discours et le monde qu’elle prend pour objet (La République).
Ce séminaire voudrait montrer comment la poésie moderne, tout en procédant à la révocation méthodique des procédures d’autorité qui lui sont traditionnellement imposées par la philosophie, aura cherché depuis la fin du XIXe siècle à refonder une autorité d’un genre inédit, définissant elle-même un type d’habitation anthropologique. En croisant la lecture de la poésie moderne et contemporaine (Deguy, Beck, entre autres) et de certaines propositions philosophiques quant au poème (Derrida, Badiou, notamment), il s’agira d’envisager les voies de reconstruction d’une autorité qui tienne compte de la crise du rapport à l’origine, de la disruption du sujet, et de la nécessaire réfection des genres et de l’habiter.

Lien associé : http://cercc.ens-lyon.fr/spip.php?article787


>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

Poésie et autorité. Déconstructions et reconstructions poétiques de l'autorité

Guillaume ARTOUS-BOUVET et Éric DAYRE

dateDate : 19/03/2020 heure Début : 10h -> Fin : 12h  O.K.

lieu Adresse : Salle D2-002, École normale supérieure de Lyon, site Descartes, 15 parvis René Descartes, 69007 Lyon

Résumé : Séminaire organisé avec le soutien de l'ENS Lyon, en collaboration avec le CERCC.


Le constat de la perte d’autorité sociale de la poésie est aujourd’hui largement partagé. Comme l’écrit Jean-Claude Pinson, « sous l’angle de son statut social, jaugée à l’aune de ce que les sociétés valorisent et respectent, la perte d’auréole témoigne bien, pour la poésie, d’une indéniable décrue de prestige et d’autorité en même temps que d’audience ». À quelles conditions la poésie peut-elle encore faire autorité ?
La philosophie, en son moment fondateur (Platon), aura soumis la poésie à une triple législation :
1. Ontologique : l’être doit pouvoir répondre à et de la parole poétique, en lui assignant une origine et un horizon (Phèdre).
2. Éthique et politique : l’imitation poétique doit régler le domaine de ses productions sur la dimension du moralement imitable (La République).
3. Linguistique : la poésie doit se déployer selon une configuration linguistique ordonnée, fixant l’origine de l’énonciation, et maintenant la distinction entre le discours et le monde qu’elle prend pour objet (La République).
Ce séminaire voudrait montrer comment la poésie moderne, tout en procédant à la révocation méthodique des procédures d’autorité qui lui sont traditionnellement imposées par la philosophie, aura cherché depuis la fin du XIXe siècle à refonder une autorité d’un genre inédit, définissant elle-même un type d’habitation anthropologique. En croisant la lecture de la poésie moderne et contemporaine (Deguy, Beck, entre autres) et de certaines propositions philosophiques quant au poème (Derrida, Badiou, notamment), il s’agira d’envisager les voies de reconstruction d’une autorité qui tienne compte de la crise du rapport à l’origine, de la disruption du sujet, et de la nécessaire réfection des genres et de l’habiter.

Lien associé : http://cercc.ens-lyon.fr/spip.php?article787


>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

Poésie et autorité. Déconstructions et reconstructions poétiques de l'autorité

Guillaume ARTOUS-BOUVET et Éric DAYRE

dateDate : 16/04/2020 heure Début : 10h -> Fin : 12h  O.K.

lieu Adresse : Salle D2-002, École normale supérieure de Lyon, site Descartes, 15 parvis René Descartes, 69007 Lyon

Résumé : Séminaire organisé avec le soutien de l'ENS Lyon, en collaboration avec le CERCC.


Le constat de la perte d’autorité sociale de la poésie est aujourd’hui largement partagé. Comme l’écrit Jean-Claude Pinson, « sous l’angle de son statut social, jaugée à l’aune de ce que les sociétés valorisent et respectent, la perte d’auréole témoigne bien, pour la poésie, d’une indéniable décrue de prestige et d’autorité en même temps que d’audience ». À quelles conditions la poésie peut-elle encore faire autorité ?
La philosophie, en son moment fondateur (Platon), aura soumis la poésie à une triple législation :
1. Ontologique : l’être doit pouvoir répondre à et de la parole poétique, en lui assignant une origine et un horizon (Phèdre).
2. Éthique et politique : l’imitation poétique doit régler le domaine de ses productions sur la dimension du moralement imitable (La République).
3. Linguistique : la poésie doit se déployer selon une configuration linguistique ordonnée, fixant l’origine de l’énonciation, et maintenant la distinction entre le discours et le monde qu’elle prend pour objet (La République).
Ce séminaire voudrait montrer comment la poésie moderne, tout en procédant à la révocation méthodique des procédures d’autorité qui lui sont traditionnellement imposées par la philosophie, aura cherché depuis la fin du XIXe siècle à refonder une autorité d’un genre inédit, définissant elle-même un type d’habitation anthropologique. En croisant la lecture de la poésie moderne et contemporaine (Deguy, Beck, entre autres) et de certaines propositions philosophiques quant au poème (Derrida, Badiou, notamment), il s’agira d’envisager les voies de reconstruction d’une autorité qui tienne compte de la crise du rapport à l’origine, de la disruption du sujet, et de la nécessaire réfection des genres et de l’habiter.

Lien associé : http://cercc.ens-lyon.fr/spip.php?article787


>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

Poésie et autorité. Déconstructions et reconstructions poétiques de l'autorité

Guillaume ARTOUS-BOUVET et Éric DAYRE

dateDate : 14/05/2020 heure Début : 10h -> Fin : 12h  O.K.

lieu Adresse : Salle D2-002, École normale supérieure de Lyon, site Descartes, 15 parvis René Descartes, 69007 Lyon

Résumé : Séminaire organisé avec le soutien de l'ENS Lyon, en collaboration avec le CERCC.


Le constat de la perte d’autorité sociale de la poésie est aujourd’hui largement partagé. Comme l’écrit Jean-Claude Pinson, « sous l’angle de son statut social, jaugée à l’aune de ce que les sociétés valorisent et respectent, la perte d’auréole témoigne bien, pour la poésie, d’une indéniable décrue de prestige et d’autorité en même temps que d’audience ». À quelles conditions la poésie peut-elle encore faire autorité ?
La philosophie, en son moment fondateur (Platon), aura soumis la poésie à une triple législation :
1. Ontologique : l’être doit pouvoir répondre à et de la parole poétique, en lui assignant une origine et un horizon (Phèdre).
2. Éthique et politique : l’imitation poétique doit régler le domaine de ses productions sur la dimension du moralement imitable (La République).
3. Linguistique : la poésie doit se déployer selon une configuration linguistique ordonnée, fixant l’origine de l’énonciation, et maintenant la distinction entre le discours et le monde qu’elle prend pour objet (La République).
Ce séminaire voudrait montrer comment la poésie moderne, tout en procédant à la révocation méthodique des procédures d’autorité qui lui sont traditionnellement imposées par la philosophie, aura cherché depuis la fin du XIXe siècle à refonder une autorité d’un genre inédit, définissant elle-même un type d’habitation anthropologique. En croisant la lecture de la poésie moderne et contemporaine (Deguy, Beck, entre autres) et de certaines propositions philosophiques quant au poème (Derrida, Badiou, notamment), il s’agira d’envisager les voies de reconstruction d’une autorité qui tienne compte de la crise du rapport à l’origine, de la disruption du sujet, et de la nécessaire réfection des genres et de l’habiter.

Lien associé : http://cercc.ens-lyon.fr/spip.php?article787


>> Partager

    image philosophie