AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Politique et société

L'entreprise néolibérale et le défi démocratique

Massimiliano NICOLI, Luca PALTRINIERI et Muriel PRÉVOT-CARPENTIER

dateDate : 03/04/2017 heure Début : 17h30 -> Fin : 19h30  O.K.

lieu Adresse : Salle 159, CNRS Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Résumé : Séminaire organisé avec le soutien du programme ANR PhilCenTrav et du LabTop, CRESPPA (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CNRS).


Après avoir posé les deux premières années, les jalons d'une généalogie politique de l'entreprise moderne, et analysé, l'an dernier, la subjectivation néolibérale sous la forme de « l'entreprise de soi », nous aborderons cette année la question des transformations de l'entreprise néolibérale à l’aune de la démocratie. L'âge néolibéral est en effet souvent décrit comme celui du triomphe de l'entreprise, mais quelle entreprise ? Il est possible de constater que les dynamiques économiques qui ont commencé à se développer à partir des années 1980 ont mis en question, voire détruit, le modèle classique d'entreprise à partir de plusieurs points de vue : celui de la progressive financiarisation de l'entreprise et de la prise de pouvoir des actionnaires dans la structure de la gouvernance ; celui la diffusion de la gig economy, du digital labor et plus généralement de nouvelles formes de travail rendues possibles par les plateformes collaboratives remettant en cause le partage entre espace public et privé et par conséquent la forme entreprise elle-même ; celui de l'émergence d'un nouveau paradigme de management de la ressource humaine, lié aux développements de la société de la connaissance et du capitalisme cognitif ; et enfin, celle de la reconfiguration mondialisée des chaînes de production de valeur et l'émergence d'un nouveau paradigme gouvernemental autour de l'organisation logistique.
Après avoir dédié la première partie du séminaire aux enjeux inhérents à ces perspectives, enjeux intrinsèquement liés à ceux du travail, nous poserons deux questions. Comment une philosophie politique qui a réfléchi à la question de la démocratisation des entreprises peut-elle aujourd'hui, dans son volet diagnostic ou normatif, prendre en compte ces transformations ? Comment peut-elle également prendre en compte les nouveaux rapports que les individus entretiennent avec le travail dans un cadre de dissolution ou de dissémination de la « forme-entreprise » classique ? À nouveau, cette année, nous privilégierons une approche pluridisciplinaire en invitant des philosophes, des sociologues, des économistes, des juristes.
Intervenants :
- Lundi 6 mars : Muriel Prévot-Carpentier (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Jean-Philippe Robé (Gibson Dunn & Crutcher) 
- Lundi 20 mars : Daniel Bachet (Centre P. Naville, Université d’Évry-Val-d’Essonne)
- Lundi 3 avril : Adëlaide de Lastic (EHESS, Label Lucie) sous réserve
- Lundi 24 avril : Laurent Baronian (CEPN, Université Paris 13)
- Lundi 15 mai : Giorgio Grappi (Università di Bologna)
- Lundi 29 mai : Antonio Casilli (EHESS, Télécom Paris Tech)
- Lundi 12 juin : Pierre-Yves Néron (Université Catholique de Lille)
- Lundi 19 juin : Massimiliano Nicoli (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Luca Paltrinieri (Rennes 1, CIPh)

Site internet : http://www.cresppa.cnrs.fr/labtop/evenements/les-seminaires-labtop/seminaire-l-entreprise-neoliberale-et-le-defi-democratique

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Politique et société

L'entreprise néolibérale et le défi démocratique

Massimiliano NICOLI, Luca PALTRINIERI et Muriel PRÉVOT-CARPENTIER

dateDate : 24/04/2017 heure Début : 17h30 -> Fin : 19h30  O.K.

lieu Adresse : Salle 255, CNRS Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Résumé : Séminaire organisé avec le soutien du programme ANR PhilCenTrav et du LabTop, CRESPPA (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CNRS).


Après avoir posé les deux premières années, les jalons d'une généalogie politique de l'entreprise moderne, et analysé, l'an dernier, la subjectivation néolibérale sous la forme de « l'entreprise de soi », nous aborderons cette année la question des transformations de l'entreprise néolibérale à l’aune de la démocratie. L'âge néolibéral est en effet souvent décrit comme celui du triomphe de l'entreprise, mais quelle entreprise ? Il est possible de constater que les dynamiques économiques qui ont commencé à se développer à partir des années 1980 ont mis en question, voire détruit, le modèle classique d'entreprise à partir de plusieurs points de vue : celui de la progressive financiarisation de l'entreprise et de la prise de pouvoir des actionnaires dans la structure de la gouvernance ; celui la diffusion de la gig economy, du digital labor et plus généralement de nouvelles formes de travail rendues possibles par les plateformes collaboratives remettant en cause le partage entre espace public et privé et par conséquent la forme entreprise elle-même ; celui de l'émergence d'un nouveau paradigme de management de la ressource humaine, lié aux développements de la société de la connaissance et du capitalisme cognitif ; et enfin, celle de la reconfiguration mondialisée des chaînes de production de valeur et l'émergence d'un nouveau paradigme gouvernemental autour de l'organisation logistique.
Après avoir dédié la première partie du séminaire aux enjeux inhérents à ces perspectives, enjeux intrinsèquement liés à ceux du travail, nous poserons deux questions. Comment une philosophie politique qui a réfléchi à la question de la démocratisation des entreprises peut-elle aujourd'hui, dans son volet diagnostic ou normatif, prendre en compte ces transformations ? Comment peut-elle également prendre en compte les nouveaux rapports que les individus entretiennent avec le travail dans un cadre de dissolution ou de dissémination de la « forme-entreprise » classique ? À nouveau, cette année, nous privilégierons une approche pluridisciplinaire en invitant des philosophes, des sociologues, des économistes, des juristes.
Intervenants :
- Lundi 6 mars : Muriel Prévot-Carpentier (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Jean-Philippe Robé (Gibson Dunn & Crutcher) 
- Lundi 20 mars : Daniel Bachet (Centre P. Naville, Université d’Évry-Val-d’Essonne)
- Lundi 3 avril : Adëlaide de Lastic (EHESS, Label Lucie) sous réserve
- Lundi 24 avril : Laurent Baronian (CEPN, Université Paris 13)
- Lundi 15 mai : Giorgio Grappi (Università di Bologna)
- Lundi 29 mai : Antonio Casilli (EHESS, Télécom Paris Tech)
- Lundi 12 juin : Pierre-Yves Néron (Université Catholique de Lille)
- Lundi 19 juin : Massimiliano Nicoli (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Luca Paltrinieri (Rennes 1, CIPh)

Site internet : http://www.cresppa.cnrs.fr/labtop/evenements/les-seminaires-labtop/seminaire-l-entreprise-neoliberale-et-le-defi-democratique

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Politique et société

L'entreprise néolibérale et le défi démocratique

Massimiliano NICOLI, Luca PALTRINIERI et Muriel PRÉVOT-CARPENTIER

dateDate : 15/05/2017 heure Début : 17h30 -> Fin : 19h30  O.K.

lieu Adresse : Salle 159, CNRS Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Résumé : Séminaire organisé avec le soutien du programme ANR PhilCenTrav et du LabTop, CRESPPA (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CNRS).


Après avoir posé les deux premières années, les jalons d'une généalogie politique de l'entreprise moderne, et analysé, l'an dernier, la subjectivation néolibérale sous la forme de « l'entreprise de soi », nous aborderons cette année la question des transformations de l'entreprise néolibérale à l’aune de la démocratie. L'âge néolibéral est en effet souvent décrit comme celui du triomphe de l'entreprise, mais quelle entreprise ? Il est possible de constater que les dynamiques économiques qui ont commencé à se développer à partir des années 1980 ont mis en question, voire détruit, le modèle classique d'entreprise à partir de plusieurs points de vue : celui de la progressive financiarisation de l'entreprise et de la prise de pouvoir des actionnaires dans la structure de la gouvernance ; celui la diffusion de la gig economy, du digital labor et plus généralement de nouvelles formes de travail rendues possibles par les plateformes collaboratives remettant en cause le partage entre espace public et privé et par conséquent la forme entreprise elle-même ; celui de l'émergence d'un nouveau paradigme de management de la ressource humaine, lié aux développements de la société de la connaissance et du capitalisme cognitif ; et enfin, celle de la reconfiguration mondialisée des chaînes de production de valeur et l'émergence d'un nouveau paradigme gouvernemental autour de l'organisation logistique.
Après avoir dédié la première partie du séminaire aux enjeux inhérents à ces perspectives, enjeux intrinsèquement liés à ceux du travail, nous poserons deux questions. Comment une philosophie politique qui a réfléchi à la question de la démocratisation des entreprises peut-elle aujourd'hui, dans son volet diagnostic ou normatif, prendre en compte ces transformations ? Comment peut-elle également prendre en compte les nouveaux rapports que les individus entretiennent avec le travail dans un cadre de dissolution ou de dissémination de la « forme-entreprise » classique ? À nouveau, cette année, nous privilégierons une approche pluridisciplinaire en invitant des philosophes, des sociologues, des économistes, des juristes.
Intervenants :
- Lundi 6 mars : Muriel Prévot-Carpentier (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Jean-Philippe Robé (Gibson Dunn & Crutcher) 
- Lundi 20 mars : Daniel Bachet (Centre P. Naville, Université d’Évry-Val-d’Essonne)
- Lundi 3 avril : Adëlaide de Lastic (EHESS, Label Lucie) sous réserve
- Lundi 24 avril : Laurent Baronian (CEPN, Université Paris 13)
- Lundi 15 mai : Giorgio Grappi (Università di Bologna)
- Lundi 29 mai : Antonio Casilli (EHESS, Télécom Paris Tech)
- Lundi 12 juin : Pierre-Yves Néron (Université Catholique de Lille)
- Lundi 19 juin : Massimiliano Nicoli (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Luca Paltrinieri (Rennes 1, CIPh)

Site internet : http://www.cresppa.cnrs.fr/labtop/evenements/les-seminaires-labtop/seminaire-l-entreprise-neoliberale-et-le-defi-democratique

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Politique et société

L'entreprise néolibérale et le défi démocratique

Massimiliano NICOLI, Luca PALTRINIERI et Muriel PRÉVOT-CARPENTIER

dateDate : 29/05/2017 heure Début : 17h30 -> Fin : 19h30  O.K.

lieu Adresse : Salle 255, CNRS Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Résumé : Séminaire organisé avec le soutien du programme ANR PhilCenTrav et du LabTop, CRESPPA (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CNRS).


Après avoir posé les deux premières années, les jalons d'une généalogie politique de l'entreprise moderne, et analysé, l'an dernier, la subjectivation néolibérale sous la forme de « l'entreprise de soi », nous aborderons cette année la question des transformations de l'entreprise néolibérale à l’aune de la démocratie. L'âge néolibéral est en effet souvent décrit comme celui du triomphe de l'entreprise, mais quelle entreprise ? Il est possible de constater que les dynamiques économiques qui ont commencé à se développer à partir des années 1980 ont mis en question, voire détruit, le modèle classique d'entreprise à partir de plusieurs points de vue : celui de la progressive financiarisation de l'entreprise et de la prise de pouvoir des actionnaires dans la structure de la gouvernance ; celui la diffusion de la gig economy, du digital labor et plus généralement de nouvelles formes de travail rendues possibles par les plateformes collaboratives remettant en cause le partage entre espace public et privé et par conséquent la forme entreprise elle-même ; celui de l'émergence d'un nouveau paradigme de management de la ressource humaine, lié aux développements de la société de la connaissance et du capitalisme cognitif ; et enfin, celle de la reconfiguration mondialisée des chaînes de production de valeur et l'émergence d'un nouveau paradigme gouvernemental autour de l'organisation logistique.
Après avoir dédié la première partie du séminaire aux enjeux inhérents à ces perspectives, enjeux intrinsèquement liés à ceux du travail, nous poserons deux questions. Comment une philosophie politique qui a réfléchi à la question de la démocratisation des entreprises peut-elle aujourd'hui, dans son volet diagnostic ou normatif, prendre en compte ces transformations ? Comment peut-elle également prendre en compte les nouveaux rapports que les individus entretiennent avec le travail dans un cadre de dissolution ou de dissémination de la « forme-entreprise » classique ? À nouveau, cette année, nous privilégierons une approche pluridisciplinaire en invitant des philosophes, des sociologues, des économistes, des juristes.
Intervenants :
- Lundi 6 mars : Muriel Prévot-Carpentier (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Jean-Philippe Robé (Gibson Dunn & Crutcher) 
- Lundi 20 mars : Daniel Bachet (Centre P. Naville, Université d’Évry-Val-d’Essonne)
- Lundi 3 avril : Adëlaide de Lastic (EHESS, Label Lucie) sous réserve
- Lundi 24 avril : Laurent Baronian (CEPN, Université Paris 13)
- Lundi 15 mai : Giorgio Grappi (Università di Bologna)
- Lundi 29 mai : Antonio Casilli (EHESS, Télécom Paris Tech)
- Lundi 12 juin : Pierre-Yves Néron (Université Catholique de Lille)
- Lundi 19 juin : Massimiliano Nicoli (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Luca Paltrinieri (Rennes 1, CIPh)

Site internet : http://www.cresppa.cnrs.fr/labtop/evenements/les-seminaires-labtop/seminaire-l-entreprise-neoliberale-et-le-defi-democratique

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Politique et société

L'entreprise néolibérale et le défi démocratique

Massimiliano NICOLI, Luca PALTRINIERI et Muriel PRÉVOT-CARPENTIER

dateDate : 12/06/2017 heure Début : 17h30 -> Fin : 19h30  O.K.

lieu Adresse : Salle 159, CNRS Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Résumé : Séminaire organisé avec le soutien du programme ANR PhilCenTrav et du LabTop, CRESPPA (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CNRS).


Après avoir posé les deux premières années, les jalons d'une généalogie politique de l'entreprise moderne, et analysé, l'an dernier, la subjectivation néolibérale sous la forme de « l'entreprise de soi », nous aborderons cette année la question des transformations de l'entreprise néolibérale à l’aune de la démocratie. L'âge néolibéral est en effet souvent décrit comme celui du triomphe de l'entreprise, mais quelle entreprise ? Il est possible de constater que les dynamiques économiques qui ont commencé à se développer à partir des années 1980 ont mis en question, voire détruit, le modèle classique d'entreprise à partir de plusieurs points de vue : celui de la progressive financiarisation de l'entreprise et de la prise de pouvoir des actionnaires dans la structure de la gouvernance ; celui la diffusion de la gig economy, du digital labor et plus généralement de nouvelles formes de travail rendues possibles par les plateformes collaboratives remettant en cause le partage entre espace public et privé et par conséquent la forme entreprise elle-même ; celui de l'émergence d'un nouveau paradigme de management de la ressource humaine, lié aux développements de la société de la connaissance et du capitalisme cognitif ; et enfin, celle de la reconfiguration mondialisée des chaînes de production de valeur et l'émergence d'un nouveau paradigme gouvernemental autour de l'organisation logistique.
Après avoir dédié la première partie du séminaire aux enjeux inhérents à ces perspectives, enjeux intrinsèquement liés à ceux du travail, nous poserons deux questions. Comment une philosophie politique qui a réfléchi à la question de la démocratisation des entreprises peut-elle aujourd'hui, dans son volet diagnostic ou normatif, prendre en compte ces transformations ? Comment peut-elle également prendre en compte les nouveaux rapports que les individus entretiennent avec le travail dans un cadre de dissolution ou de dissémination de la « forme-entreprise » classique ? À nouveau, cette année, nous privilégierons une approche pluridisciplinaire en invitant des philosophes, des sociologues, des économistes, des juristes.
Intervenants :
- Lundi 6 mars : Muriel Prévot-Carpentier (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Jean-Philippe Robé (Gibson Dunn & Crutcher) 
- Lundi 20 mars : Daniel Bachet (Centre P. Naville, Université d’Évry-Val-d’Essonne)
- Lundi 3 avril : Adëlaide de Lastic (EHESS, Label Lucie) sous réserve
- Lundi 24 avril : Laurent Baronian (CEPN, Université Paris 13)
- Lundi 15 mai : Giorgio Grappi (Università di Bologna)
- Lundi 29 mai : Antonio Casilli (EHESS, Télécom Paris Tech)
- Lundi 12 juin : Pierre-Yves Néron (Université Catholique de Lille)
- Lundi 19 juin : Massimiliano Nicoli (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Luca Paltrinieri (Rennes 1, CIPh)

Site internet : http://www.cresppa.cnrs.fr/labtop/evenements/les-seminaires-labtop/seminaire-l-entreprise-neoliberale-et-le-defi-democratique

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Politique et société

L'entreprise néolibérale et le défi démocratique

Massimiliano NICOLI, Luca PALTRINIERI et Muriel PRÉVOT-CARPENTIER

dateDate : 19/06/2017 heure Début : 17h30 -> Fin : 19h30  O.K.

lieu Adresse : Salle 159, CNRS Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Résumé : Séminaire organisé avec le soutien du programme ANR PhilCenTrav et du LabTop, CRESPPA (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CNRS).


Après avoir posé les deux premières années, les jalons d'une généalogie politique de l'entreprise moderne, et analysé, l'an dernier, la subjectivation néolibérale sous la forme de « l'entreprise de soi », nous aborderons cette année la question des transformations de l'entreprise néolibérale à l’aune de la démocratie. L'âge néolibéral est en effet souvent décrit comme celui du triomphe de l'entreprise, mais quelle entreprise ? Il est possible de constater que les dynamiques économiques qui ont commencé à se développer à partir des années 1980 ont mis en question, voire détruit, le modèle classique d'entreprise à partir de plusieurs points de vue : celui de la progressive financiarisation de l'entreprise et de la prise de pouvoir des actionnaires dans la structure de la gouvernance ; celui la diffusion de la gig economy, du digital labor et plus généralement de nouvelles formes de travail rendues possibles par les plateformes collaboratives remettant en cause le partage entre espace public et privé et par conséquent la forme entreprise elle-même ; celui de l'émergence d'un nouveau paradigme de management de la ressource humaine, lié aux développements de la société de la connaissance et du capitalisme cognitif ; et enfin, celle de la reconfiguration mondialisée des chaînes de production de valeur et l'émergence d'un nouveau paradigme gouvernemental autour de l'organisation logistique.
Après avoir dédié la première partie du séminaire aux enjeux inhérents à ces perspectives, enjeux intrinsèquement liés à ceux du travail, nous poserons deux questions. Comment une philosophie politique qui a réfléchi à la question de la démocratisation des entreprises peut-elle aujourd'hui, dans son volet diagnostic ou normatif, prendre en compte ces transformations ? Comment peut-elle également prendre en compte les nouveaux rapports que les individus entretiennent avec le travail dans un cadre de dissolution ou de dissémination de la « forme-entreprise » classique ? À nouveau, cette année, nous privilégierons une approche pluridisciplinaire en invitant des philosophes, des sociologues, des économistes, des juristes.
Intervenants :
- Lundi 6 mars : Muriel Prévot-Carpentier (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Jean-Philippe Robé (Gibson Dunn & Crutcher) 
- Lundi 20 mars : Daniel Bachet (Centre P. Naville, Université d’Évry-Val-d’Essonne)
- Lundi 3 avril : Adëlaide de Lastic (EHESS, Label Lucie) sous réserve
- Lundi 24 avril : Laurent Baronian (CEPN, Université Paris 13)
- Lundi 15 mai : Giorgio Grappi (Università di Bologna)
- Lundi 29 mai : Antonio Casilli (EHESS, Télécom Paris Tech)
- Lundi 12 juin : Pierre-Yves Néron (Université Catholique de Lille)
- Lundi 19 juin : Massimiliano Nicoli (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Luca Paltrinieri (Rennes 1, CIPh)

Site internet : http://www.cresppa.cnrs.fr/labtop/evenements/les-seminaires-labtop/seminaire-l-entreprise-neoliberale-et-le-defi-democratique

>> Partager

    image philosophie