AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Crise des institutions représentatives et nouvelles formes de démocratie (II)

Marco FIORAVANTI

dateDate : 04/04/2018 heure Début : 11h -> Fin : 13h  O.K.

lieu Adresse : Salle à préciser, Université de Rome Tor Vergata, Via Cracovia, 00133 Roma (Italie)

Résumé : Séminaire organisé en collaboration avec l'Université de Rome « Tor Vergata ».


La deuxième partie de ce séminaire est basée sur le défi de « penser » le droit sans l’État, c’est-à-dire de relativiser la « puissance » de l’État, à l’époque de la globalisation financière, quand la politique de l’exception (et de l’état d’exception) au niveau mondial accentue la délégitimation de l’État (Balibar). À cet égard, pour sortir du dilemme entre un système juridique fixe et complet et un état d’exception permanent, il faudrait une normativité non plus absolue et autoréférentielle, mais sensible et très nuancée par degrés intermédiaires d’intensité (Schiera). En d’autres termes, il y a la nécessité, pour le futur de la constitution, de céder de la souveraineté pour préserver des espaces publiques fondamentaux (Ridola). Dans cette perspective, la réflexion sur la crise des institutions représentatives et sur les nouvelles formes de démocratie croise l’enjeu de la globalisation (financière mais aussi juridique) qui oblige à relire l’histoire et la philosophie du droit avec des nouveaux outils, moins liés à la tradition de la souveraineté moderne étatique. Pour cette raison, l’expérience de la Chine contemporaine et la réflexion critique sur le tirage au sort peuvent contribuer au changement de perspective sur l’histoire constitutionnelle européenne.
Intervenants :
- Mercredi 14 février : Luigi Lacchè (Université de Macerata) : Crise et changement : remarques sur le constitutionnalisme global et l’histoire constitutionnelle
 - Mercredi 4 avril : Émilie Frenkiel (Université de Paris-Est) : Crise de la représentation dans la Chine contemporaine
 - Mercredi 30 mai : Arnaud Le Pillouer (Université Paris Nanterre) : Le tirage au sort, une solution à la crise de la représentation ?
 - Mercredi 13 juin : Maria Adele Carrai (European University Institute) : La Chine et l’histoire globale du droit international

La salle sera précisée ultérieurement.



>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Crise des institutions représentatives et nouvelles formes de démocratie (II)

Marco FIORAVANTI

dateDate : 30/05/2018 heure Début : 11h -> Fin : 13h  O.K.

lieu Adresse : Salle à préciser, Université de Rome Tor Vergata, Via Cracovia, 00133 Roma (Italie)

Résumé : Séminaire organisé en collaboration avec l'Université de Rome « Tor Vergata ».


La deuxième partie de ce séminaire est basée sur le défi de « penser » le droit sans l’État, c’est-à-dire de relativiser la « puissance » de l’État, à l’époque de la globalisation financière, quand la politique de l’exception (et de l’état d’exception) au niveau mondial accentue la délégitimation de l’État (Balibar). À cet égard, pour sortir du dilemme entre un système juridique fixe et complet et un état d’exception permanent, il faudrait une normativité non plus absolue et autoréférentielle, mais sensible et très nuancée par degrés intermédiaires d’intensité (Schiera). En d’autres termes, il y a la nécessité, pour le futur de la constitution, de céder de la souveraineté pour préserver des espaces publiques fondamentaux (Ridola). Dans cette perspective, la réflexion sur la crise des institutions représentatives et sur les nouvelles formes de démocratie croise l’enjeu de la globalisation (financière mais aussi juridique) qui oblige à relire l’histoire et la philosophie du droit avec des nouveaux outils, moins liés à la tradition de la souveraineté moderne étatique. Pour cette raison, l’expérience de la Chine contemporaine et la réflexion critique sur le tirage au sort peuvent contribuer au changement de perspective sur l’histoire constitutionnelle européenne.
Intervenants :
- Mercredi 14 février : Luigi Lacchè (Université de Macerata) : Crise et changement : remarques sur le constitutionnalisme global et l’histoire constitutionnelle
 - Mercredi 4 avril : Émilie Frenkiel (Université de Paris-Est) : Crise de la représentation dans la Chine contemporaine
 - Mercredi 30 mai : Arnaud Le Pillouer (Université Paris Nanterre) : Le tirage au sort, une solution à la crise de la représentation ?
 - Mercredi 13 juin : Maria Adele Carrai (European University Institute) : La Chine et l’histoire globale du droit international

La salle sera précisée ultérieurement.



>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Crise des institutions représentatives et nouvelles formes de démocratie (II)

Marco FIORAVANTI

dateDate : 13/06/2018 heure Début : 11h -> Fin : 13h  O.K.

lieu Adresse : Salle à préciser, Université de Rome Tor Vergata, Via Cracovia, 00133 Roma (Italie)

Résumé : Séminaire organisé en collaboration avec l'Université de Rome « Tor Vergata ».


La deuxième partie de ce séminaire est basée sur le défi de « penser » le droit sans l’État, c’est-à-dire de relativiser la « puissance » de l’État, à l’époque de la globalisation financière, quand la politique de l’exception (et de l’état d’exception) au niveau mondial accentue la délégitimation de l’État (Balibar). À cet égard, pour sortir du dilemme entre un système juridique fixe et complet et un état d’exception permanent, il faudrait une normativité non plus absolue et autoréférentielle, mais sensible et très nuancée par degrés intermédiaires d’intensité (Schiera). En d’autres termes, il y a la nécessité, pour le futur de la constitution, de céder de la souveraineté pour préserver des espaces publiques fondamentaux (Ridola). Dans cette perspective, la réflexion sur la crise des institutions représentatives et sur les nouvelles formes de démocratie croise l’enjeu de la globalisation (financière mais aussi juridique) qui oblige à relire l’histoire et la philosophie du droit avec des nouveaux outils, moins liés à la tradition de la souveraineté moderne étatique. Pour cette raison, l’expérience de la Chine contemporaine et la réflexion critique sur le tirage au sort peuvent contribuer au changement de perspective sur l’histoire constitutionnelle européenne.
Intervenants :
- Mercredi 14 février : Luigi Lacchè (Université de Macerata) : Crise et changement : remarques sur le constitutionnalisme global et l’histoire constitutionnelle
 - Mercredi 4 avril : Émilie Frenkiel (Université de Paris-Est) : Crise de la représentation dans la Chine contemporaine
 - Mercredi 30 mai : Arnaud Le Pillouer (Université Paris Nanterre) : Le tirage au sort, une solution à la crise de la représentation ?
 - Mercredi 13 juin : Maria Adele Carrai (European University Institute) : La Chine et l’histoire globale du droit international

La salle sera précisée ultérieurement.



>> Partager

    image philosophie