AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

Philosophie et mystique dans l'art et la poésie du XXe siècle

Isabelle RAVIOLO

dateDate : 18/10/2017 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur
https://form.jotformeu.com/71216571384355

lieu Adresse : Salle Germaine Tillion, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Résumé :


Dans ce séminaire, nous verrons que la dialectique de l’image, telle que Maître Eckhart l’a envisagée, a profondément influencé l’art du XXe siècle où l’on retrouve la même exigence de détachement dans la recherche de la représentation de soi, de l’autre et du monde. La question « qui suis-je ? » rejoint celle de « qu’est-ce que donc que je perçois ? ». Les artistes que nous mettrons en relation avec ces philosophes et mystiques médiévaux, se sont, eux aussi, confrontés à ces questions : ils ont poussé l’exigence de la recherche du réel jusqu’au paroxysme, jusqu’à la déréalisation de la figuration et du « moi ». Cette confrontation au néant les conduira à réinterroger l’image (Rothko et Hantaï) et à désubstantialiser le « moi » (Celan, Musil, Cioran), d’atteindre le « soi » (S. Weil dans sa correspondance avec J. Bousquet).
En quoi la poésie et la peinture qui en passent pourtant par des images vont-elles alors rejoindre l’intention apophatique des mystiques rhénans ? Comment ces artistes vont-ils assumer ce paradoxe ? Cette épreuve négative, constitutive de leur œuvre, les conduira à mettre en lumière une nouvelle conception du rapport de l’homme au réel.
Les tableaux de Rothko et d’Hantaï, ainsi que L’Homme sans qualités de Musil, ou La Rose de personne de Celan témoignent d’un incessant passage, d’une naissance continuelle aux profondeurs de soi, dans ce « fond » (grund) où l’on trouve l’équilibre fragile de l’artiste. Et cette naissance passe par une mort – mort aux images, aux représentations, aux illusions : autant de morts autant de vies, car c’est dans ce creuset du détachement que s’énonce l’acte même de naissance comme un acte de couleur, comme un geste de poésie précaire.

>> Partager

    image philosophie