AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Transferts et media : de la cure à la culture (II)

Isabelle ALFANDARY et Monique DAVID-MÉNARD

dateDate : 18/10/2017 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur
https://form.jotformeu.com/71212763794359

lieu Adresse : Salle Maurice Allais, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Résumé :


Psychanalystes et philosophes ont insisté sur le recours à des métaphores ou des modèles technologiques pour exposer le rapport entre les instances conscientes et inconscientes de la mémoire et de la pensée : c’est le cas du modèle photographique de l’Interprétation du rêve et de la note sur « Le bloc-notes magique » de Freud. Cependant, cette réflexion épistémologique sur les moyens dont use la psychanalyse ne prenait pas en considération l’acte sur lequel repose la possibilité des modifications subjectives qui interviennent dans la clinique : la répétition, dans les conditions particulières de la cure qui est, elle, un artefact, de ce qui a produit les symptômes qui empêchent de vivre. Le projet de notre séminaire est de déterminer comment une analyse du transfert comme opération spécifique, transformant en modes d’existence moins figée la répétition spontanée et sauvage de ce qui produit des symptômes, rencontre certaines réflexions récentes :
- sur la technicité des media : ne faut-il pas dire qu’aucun sujet ne se constitue sans media qui transforment ses sens et ses « communications » ? Freud n’insistait-il pas sur le fait que dans le rêve nos oreilles seules restent ouvertes, et que le fantasme est une combinaison après coup de choses entendues et vues ?
- sur la capacité des œuvres de la culture et les pratiques artistiques, cinématographiques ou littéraires à prendre en charge les forces destructrices à l’œuvre dans la vie sexuelle et la vie sociale et à rendre visible le champ de forces que l’opération dénommée « transfert » implique. La théorie psychanalytique du transfert qui fonde la relation analytique et atteste l’existence de l’inconscient mérite d’être affrontée, confrontée à d’autres théories et pratiques de nature transférentielles.
La première année du séminaire a permis de circonscrire le phénomène du transfert, distinct et articulé au rêve par Freud, et les conditions de son repérage et de son maniement dans le cadre de la cure. La question du transfert comme medium sera poursuivie et interrogée plus avant dans le deuxième volet du séminaire notamment au prisme de la théorie des media (Medientheorie).

Séances avec intervenants :
- Mercredi 29 novembre : Mai Wegener (Berlin) : Comment lire Freud à partir de Kittler ?
- Mercredi 13 décembre : Astrid Deuber-Mankowsky (Bochum, Berlin) : Privilège du film parmi les media
- Mercredi 10 janvier : Franziska Schottmann (Paris) et Derek Humphreys (Paris) : La forme (Darstellung) entre texte, technique et transfert
- Mercredi  31 janvier : Christopher Dell (Hambourg) : La ville comme partition musicale ouverte

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Transferts et media : de la cure à la culture (II)

Isabelle ALFANDARY et Monique DAVID-MÉNARD

dateDate : 22/11/2017 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur
https://form.jotformeu.com/71213542494352

lieu Adresse : Salle Maurice Allais, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Résumé :


Psychanalystes et philosophes ont insisté sur le recours à des métaphores ou des modèles technologiques pour exposer le rapport entre les instances conscientes et inconscientes de la mémoire et de la pensée : c’est le cas du modèle photographique de l’Interprétation du rêve et de la note sur « Le bloc-notes magique » de Freud. Cependant, cette réflexion épistémologique sur les moyens dont use la psychanalyse ne prenait pas en considération l’acte sur lequel repose la possibilité des modifications subjectives qui interviennent dans la clinique : la répétition, dans les conditions particulières de la cure qui est, elle, un artefact, de ce qui a produit les symptômes qui empêchent de vivre. Le projet de notre séminaire est de déterminer comment une analyse du transfert comme opération spécifique, transformant en modes d’existence moins figée la répétition spontanée et sauvage de ce qui produit des symptômes, rencontre certaines réflexions récentes :
- sur la technicité des media : ne faut-il pas dire qu’aucun sujet ne se constitue sans media qui transforment ses sens et ses « communications » ? Freud n’insistait-il pas sur le fait que dans le rêve nos oreilles seules restent ouvertes, et que le fantasme est une combinaison après coup de choses entendues et vues ?
- sur la capacité des œuvres de la culture et les pratiques artistiques, cinématographiques ou littéraires à prendre en charge les forces destructrices à l’œuvre dans la vie sexuelle et la vie sociale et à rendre visible le champ de forces que l’opération dénommée « transfert » implique. La théorie psychanalytique du transfert qui fonde la relation analytique et atteste l’existence de l’inconscient mérite d’être affrontée, confrontée à d’autres théories et pratiques de nature transférentielles.
La première année du séminaire a permis de circonscrire le phénomène du transfert, distinct et articulé au rêve par Freud, et les conditions de son repérage et de son maniement dans le cadre de la cure. La question du transfert comme medium sera poursuivie et interrogée plus avant dans le deuxième volet du séminaire notamment au prisme de la théorie des media (Medientheorie).

Séances avec intervenants :
- Mercredi 29 novembre : Mai Wegener (Berlin) : Comment lire Freud à partir de Kittler ?
- Mercredi 13 décembre : Astrid Deuber-Mankowsky (Bochum, Berlin) : Privilège du film parmi les media
- Mercredi 10 janvier : Franziska Schottmann (Paris) et Derek Humphreys (Paris) : La forme (Darstellung) entre texte, technique et transfert
- Mercredi  31 janvier : Christopher Dell (Hambourg) : La ville comme partition musicale ouverte

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Transferts et media : de la cure à la culture (II)

Isabelle ALFANDARY et Monique DAVID-MÉNARD

dateDate : 29/11/2017 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur
https://form.jotformeu.com/71213498894366

lieu Adresse : Salle Maurice Allais, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Résumé :


Psychanalystes et philosophes ont insisté sur le recours à des métaphores ou des modèles technologiques pour exposer le rapport entre les instances conscientes et inconscientes de la mémoire et de la pensée : c’est le cas du modèle photographique de l’Interprétation du rêve et de la note sur « Le bloc-notes magique » de Freud. Cependant, cette réflexion épistémologique sur les moyens dont use la psychanalyse ne prenait pas en considération l’acte sur lequel repose la possibilité des modifications subjectives qui interviennent dans la clinique : la répétition, dans les conditions particulières de la cure qui est, elle, un artefact, de ce qui a produit les symptômes qui empêchent de vivre. Le projet de notre séminaire est de déterminer comment une analyse du transfert comme opération spécifique, transformant en modes d’existence moins figée la répétition spontanée et sauvage de ce qui produit des symptômes, rencontre certaines réflexions récentes :
- sur la technicité des media : ne faut-il pas dire qu’aucun sujet ne se constitue sans media qui transforment ses sens et ses « communications » ? Freud n’insistait-il pas sur le fait que dans le rêve nos oreilles seules restent ouvertes, et que le fantasme est une combinaison après coup de choses entendues et vues ?
- sur la capacité des œuvres de la culture et les pratiques artistiques, cinématographiques ou littéraires à prendre en charge les forces destructrices à l’œuvre dans la vie sexuelle et la vie sociale et à rendre visible le champ de forces que l’opération dénommée « transfert » implique. La théorie psychanalytique du transfert qui fonde la relation analytique et atteste l’existence de l’inconscient mérite d’être affrontée, confrontée à d’autres théories et pratiques de nature transférentielles.
La première année du séminaire a permis de circonscrire le phénomène du transfert, distinct et articulé au rêve par Freud, et les conditions de son repérage et de son maniement dans le cadre de la cure. La question du transfert comme medium sera poursuivie et interrogée plus avant dans le deuxième volet du séminaire notamment au prisme de la théorie des media (Medientheorie).

Séances avec intervenants :
- Mercredi 29 novembre : Mai Wegener (Berlin) : Comment lire Freud à partir de Kittler ?
- Mercredi 13 décembre : Astrid Deuber-Mankowsky (Bochum, Berlin) : Privilège du film parmi les media
- Mercredi 10 janvier : Franziska Schottmann (Paris) et Derek Humphreys (Paris) : La forme (Darstellung) entre texte, technique et transfert
- Mercredi  31 janvier : Christopher Dell (Hambourg) : La ville comme partition musicale ouverte

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Transferts et media : de la cure à la culture (II)

Isabelle ALFANDARY et Monique DAVID-MÉNARD

dateDate : 13/12/2017 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur
https://form.jotformeu.com/71213519894360

lieu Adresse : Salle Maurice Allais, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Résumé :


Psychanalystes et philosophes ont insisté sur le recours à des métaphores ou des modèles technologiques pour exposer le rapport entre les instances conscientes et inconscientes de la mémoire et de la pensée : c’est le cas du modèle photographique de l’Interprétation du rêve et de la note sur « Le bloc-notes magique » de Freud. Cependant, cette réflexion épistémologique sur les moyens dont use la psychanalyse ne prenait pas en considération l’acte sur lequel repose la possibilité des modifications subjectives qui interviennent dans la clinique : la répétition, dans les conditions particulières de la cure qui est, elle, un artefact, de ce qui a produit les symptômes qui empêchent de vivre. Le projet de notre séminaire est de déterminer comment une analyse du transfert comme opération spécifique, transformant en modes d’existence moins figée la répétition spontanée et sauvage de ce qui produit des symptômes, rencontre certaines réflexions récentes :
- sur la technicité des media : ne faut-il pas dire qu’aucun sujet ne se constitue sans media qui transforment ses sens et ses « communications » ? Freud n’insistait-il pas sur le fait que dans le rêve nos oreilles seules restent ouvertes, et que le fantasme est une combinaison après coup de choses entendues et vues ?
- sur la capacité des œuvres de la culture et les pratiques artistiques, cinématographiques ou littéraires à prendre en charge les forces destructrices à l’œuvre dans la vie sexuelle et la vie sociale et à rendre visible le champ de forces que l’opération dénommée « transfert » implique. La théorie psychanalytique du transfert qui fonde la relation analytique et atteste l’existence de l’inconscient mérite d’être affrontée, confrontée à d’autres théories et pratiques de nature transférentielles.
La première année du séminaire a permis de circonscrire le phénomène du transfert, distinct et articulé au rêve par Freud, et les conditions de son repérage et de son maniement dans le cadre de la cure. La question du transfert comme medium sera poursuivie et interrogée plus avant dans le deuxième volet du séminaire notamment au prisme de la théorie des media (Medientheorie).

Séances avec intervenants :
- Mercredi 29 novembre : Mai Wegener (Berlin) : Comment lire Freud à partir de Kittler ?
- Mercredi 13 décembre : Astrid Deuber-Mankowsky (Bochum, Berlin) : Privilège du film parmi les media
- Mercredi 10 janvier : Franziska Schottmann (Paris) et Derek Humphreys (Paris) : La forme (Darstellung) entre texte, technique et transfert
- Mercredi  31 janvier : Christopher Dell (Hambourg) : La ville comme partition musicale ouverte

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Transferts et media : de la cure à la culture (II)

Isabelle ALFANDARY et Monique DAVID-MÉNARD

dateDate : 10/01/2018 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur
https://form.jotformeu.com/71213115494348

lieu Adresse : Salle Maurice Allais, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Résumé :


Psychanalystes et philosophes ont insisté sur le recours à des métaphores ou des modèles technologiques pour exposer le rapport entre les instances conscientes et inconscientes de la mémoire et de la pensée : c’est le cas du modèle photographique de l’Interprétation du rêve et de la note sur « Le bloc-notes magique » de Freud. Cependant, cette réflexion épistémologique sur les moyens dont use la psychanalyse ne prenait pas en considération l’acte sur lequel repose la possibilité des modifications subjectives qui interviennent dans la clinique : la répétition, dans les conditions particulières de la cure qui est, elle, un artefact, de ce qui a produit les symptômes qui empêchent de vivre. Le projet de notre séminaire est de déterminer comment une analyse du transfert comme opération spécifique, transformant en modes d’existence moins figée la répétition spontanée et sauvage de ce qui produit des symptômes, rencontre certaines réflexions récentes :
- sur la technicité des media : ne faut-il pas dire qu’aucun sujet ne se constitue sans media qui transforment ses sens et ses « communications » ? Freud n’insistait-il pas sur le fait que dans le rêve nos oreilles seules restent ouvertes, et que le fantasme est une combinaison après coup de choses entendues et vues ?
- sur la capacité des œuvres de la culture et les pratiques artistiques, cinématographiques ou littéraires à prendre en charge les forces destructrices à l’œuvre dans la vie sexuelle et la vie sociale et à rendre visible le champ de forces que l’opération dénommée « transfert » implique. La théorie psychanalytique du transfert qui fonde la relation analytique et atteste l’existence de l’inconscient mérite d’être affrontée, confrontée à d’autres théories et pratiques de nature transférentielles.
La première année du séminaire a permis de circonscrire le phénomène du transfert, distinct et articulé au rêve par Freud, et les conditions de son repérage et de son maniement dans le cadre de la cure. La question du transfert comme medium sera poursuivie et interrogée plus avant dans le deuxième volet du séminaire notamment au prisme de la théorie des media (Medientheorie).

Séances avec intervenants :
- Mercredi 29 novembre : Mai Wegener (Berlin) : Comment lire Freud à partir de Kittler ?
- Mercredi 13 décembre : Astrid Deuber-Mankowsky (Bochum, Berlin) : Privilège du film parmi les media
- Mercredi 10 janvier : Franziska Schottmann (Paris) et Derek Humphreys (Paris) : La forme (Darstellung) entre texte, technique et transfert
- Mercredi  31 janvier : Christopher Dell (Hambourg) : La ville comme partition musicale ouverte

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Transferts et media : de la cure à la culture (II)

Isabelle ALFANDARY et Monique DAVID-MÉNARD

dateDate : 17/01/2018 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur
https://form.jotformeu.com/71213519994361

lieu Adresse : Salle Maurice Allais, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Résumé :


Psychanalystes et philosophes ont insisté sur le recours à des métaphores ou des modèles technologiques pour exposer le rapport entre les instances conscientes et inconscientes de la mémoire et de la pensée : c’est le cas du modèle photographique de l’Interprétation du rêve et de la note sur « Le bloc-notes magique » de Freud. Cependant, cette réflexion épistémologique sur les moyens dont use la psychanalyse ne prenait pas en considération l’acte sur lequel repose la possibilité des modifications subjectives qui interviennent dans la clinique : la répétition, dans les conditions particulières de la cure qui est, elle, un artefact, de ce qui a produit les symptômes qui empêchent de vivre. Le projet de notre séminaire est de déterminer comment une analyse du transfert comme opération spécifique, transformant en modes d’existence moins figée la répétition spontanée et sauvage de ce qui produit des symptômes, rencontre certaines réflexions récentes :
- sur la technicité des media : ne faut-il pas dire qu’aucun sujet ne se constitue sans media qui transforment ses sens et ses « communications » ? Freud n’insistait-il pas sur le fait que dans le rêve nos oreilles seules restent ouvertes, et que le fantasme est une combinaison après coup de choses entendues et vues ?
- sur la capacité des œuvres de la culture et les pratiques artistiques, cinématographiques ou littéraires à prendre en charge les forces destructrices à l’œuvre dans la vie sexuelle et la vie sociale et à rendre visible le champ de forces que l’opération dénommée « transfert » implique. La théorie psychanalytique du transfert qui fonde la relation analytique et atteste l’existence de l’inconscient mérite d’être affrontée, confrontée à d’autres théories et pratiques de nature transférentielles.
La première année du séminaire a permis de circonscrire le phénomène du transfert, distinct et articulé au rêve par Freud, et les conditions de son repérage et de son maniement dans le cadre de la cure. La question du transfert comme medium sera poursuivie et interrogée plus avant dans le deuxième volet du séminaire notamment au prisme de la théorie des media (Medientheorie).

Séances avec intervenants :
- Mercredi 29 novembre : Mai Wegener (Berlin) : Comment lire Freud à partir de Kittler ?
- Mercredi 13 décembre : Astrid Deuber-Mankowsky (Bochum, Berlin) : Privilège du film parmi les media
- Mercredi 10 janvier : Franziska Schottmann (Paris) et Derek Humphreys (Paris) : La forme (Darstellung) entre texte, technique et transfert
- Mercredi  31 janvier : Christopher Dell (Hambourg) : La ville comme partition musicale ouverte

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Transferts et media : de la cure à la culture (II)

Isabelle ALFANDARY et Monique DAVID-MÉNARD

dateDate : 31/01/2018 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur
https://form.jotformeu.com/71213152894353

lieu Adresse : Salle Maurice Allais, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Résumé :


Psychanalystes et philosophes ont insisté sur le recours à des métaphores ou des modèles technologiques pour exposer le rapport entre les instances conscientes et inconscientes de la mémoire et de la pensée : c’est le cas du modèle photographique de l’Interprétation du rêve et de la note sur « Le bloc-notes magique » de Freud. Cependant, cette réflexion épistémologique sur les moyens dont use la psychanalyse ne prenait pas en considération l’acte sur lequel repose la possibilité des modifications subjectives qui interviennent dans la clinique : la répétition, dans les conditions particulières de la cure qui est, elle, un artefact, de ce qui a produit les symptômes qui empêchent de vivre. Le projet de notre séminaire est de déterminer comment une analyse du transfert comme opération spécifique, transformant en modes d’existence moins figée la répétition spontanée et sauvage de ce qui produit des symptômes, rencontre certaines réflexions récentes :
- sur la technicité des media : ne faut-il pas dire qu’aucun sujet ne se constitue sans media qui transforment ses sens et ses « communications » ? Freud n’insistait-il pas sur le fait que dans le rêve nos oreilles seules restent ouvertes, et que le fantasme est une combinaison après coup de choses entendues et vues ?
- sur la capacité des œuvres de la culture et les pratiques artistiques, cinématographiques ou littéraires à prendre en charge les forces destructrices à l’œuvre dans la vie sexuelle et la vie sociale et à rendre visible le champ de forces que l’opération dénommée « transfert » implique. La théorie psychanalytique du transfert qui fonde la relation analytique et atteste l’existence de l’inconscient mérite d’être affrontée, confrontée à d’autres théories et pratiques de nature transférentielles.
La première année du séminaire a permis de circonscrire le phénomène du transfert, distinct et articulé au rêve par Freud, et les conditions de son repérage et de son maniement dans le cadre de la cure. La question du transfert comme medium sera poursuivie et interrogée plus avant dans le deuxième volet du séminaire notamment au prisme de la théorie des media (Medientheorie).

Séances avec intervenants :
- Mercredi 29 novembre : Mai Wegener (Berlin) : Comment lire Freud à partir de Kittler ?
- Mercredi 13 décembre : Astrid Deuber-Mankowsky (Bochum, Berlin) : Privilège du film parmi les media
- Mercredi 10 janvier : Franziska Schottmann (Paris) et Derek Humphreys (Paris) : La forme (Darstellung) entre texte, technique et transfert
- Mercredi  31 janvier : Christopher Dell (Hambourg) : La ville comme partition musicale ouverte

>> Partager

    image philosophie