AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Politique et société

Révoltes, Révolutions : les enjeux d'une frontière incertaine

Alice CANABATE et Marie GOUPY

dateDate : 12/02/2018 heure Début : 19h -> Fin : 21h  En cours

nota beneInscription obligatoire sur (copier le lien dans votre navigateur)
https://form.jotformeu.com/CIPhFormulaires/goupy_marie_2018_02_12

lieu Adresse : Salle à préciser, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris

Résumé : Semestre 1 & 2
Séminaire organisé avec le laboratoire LCSP de l'Université Paris Diderot.


Semestre 1 & 2
Le séminaire s’intéresse aux discours, aux acteurs, aux efforts de qualification d’événements qui, par leur radicalité et le bouleversement qu’ils induisent, peuvent être appelés, selon les acteurs et les points de vue, révolte ou révolution – la première étant elle-même l’objet de multiples qualifications depuis la saine légitime défense jusqu’à l’émeute ou l’acte criminel.
Pour aborder cette question, le séminaire vise à développer une double approche d’un point de vue à la fois disciplinaire (sociologie / philosophie du droit et philosophie politique) mais également en termes de point de vue (celui des mouvements sociaux / celui du droit et de l’État). Il vise spécifiquement à réinterroger les enjeux liés à la distinction entre formes de protestations et de violences politiques légitimes et violences criminelles, ainsi qu’entre action démocratique institutante et activisme illégal. Il s’agit, par ce double point de vue, de comprendre à la fois ce que font les discours politiques, ce que produit et ce que recouvre le droit, et la manière dont ces qualifications et disqualifications sont vécues d’un côté militant ou engagé, soit ce que ces frontières incertaines produisent et révèlent en terme d’écarts politiques et ontologiques.
Ce séminaire s’inscrit dans le cadre plus large du projet de recherche « États d’exception, exceptionnalités : les enjeux de frontières incertaines entre actes criminels et violences légitimes ». Le projet porte sur la signification qu’il convient d’accorder à l’expansion généralisée du schème de l’état d’exception et de l’exceptionnalité à l’époque contemporaine. Le séminaire se propose de nourrir cette réflexion sous un angle spécifique : celui de la disjonction que toute pensée de l’exception opère entre violence politique légitime – qu’elle soit pensée comme une expression démocratique, une manifestation de la souveraineté populaire, celle d’une résistance à l’oppression, etc. – et violence criminelle qualifiée ou non par le droit.
Semestre 1
Intervenants :
- Lundi 2 octobre : Gilles Ferragu (Université Paris Nanterre) et Antoine Mégie (Université de Rouen)
- Lundi 20 novembre : séance annulée

Semestre 2
Intervenants :
- Lundi 12 février : La figure de l'ennemi intérieur, avec Gabriel Périès (Institut Mines-Télécom) et Alexandre Rios-Bordès (ICT, Université Paris Diderot)
- Mercredi 7 mars : Fabrice Flipo (LCSP, Université Paris Diderot), Jérôme Ferret (CADIS, EHESS-CNRS)
- Mercredi 11 avril : Violences policières, violences émeutières, avec Vincent Milou (Science Po, Paris) et Anthony Pregnatolo (ISP-Paris Nanterre / Centre Marcel Bloch)

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Politique et société

Révoltes, Révolutions : les enjeux d'une frontière incertaine

Alice CANABATE et Marie GOUPY

dateDate : 07/03/2018 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur (copier le lien dans votre navigateur)
https://form.jotformeu.com/CIPhFormulaires/goupy_marie_2018_03_07

lieu Adresse : Salle Germaine Tillion, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Résumé : Semestre 1 & 2
Séminaire organisé avec le laboratoire LCSP de l'Université Paris Diderot.


Semestre 1 & 2
Le séminaire s’intéresse aux discours, aux acteurs, aux efforts de qualification d’événements qui, par leur radicalité et le bouleversement qu’ils induisent, peuvent être appelés, selon les acteurs et les points de vue, révolte ou révolution – la première étant elle-même l’objet de multiples qualifications depuis la saine légitime défense jusqu’à l’émeute ou l’acte criminel.
Pour aborder cette question, le séminaire vise à développer une double approche d’un point de vue à la fois disciplinaire (sociologie / philosophie du droit et philosophie politique) mais également en termes de point de vue (celui des mouvements sociaux / celui du droit et de l’État). Il vise spécifiquement à réinterroger les enjeux liés à la distinction entre formes de protestations et de violences politiques légitimes et violences criminelles, ainsi qu’entre action démocratique institutante et activisme illégal. Il s’agit, par ce double point de vue, de comprendre à la fois ce que font les discours politiques, ce que produit et ce que recouvre le droit, et la manière dont ces qualifications et disqualifications sont vécues d’un côté militant ou engagé, soit ce que ces frontières incertaines produisent et révèlent en terme d’écarts politiques et ontologiques.
Ce séminaire s’inscrit dans le cadre plus large du projet de recherche « États d’exception, exceptionnalités : les enjeux de frontières incertaines entre actes criminels et violences légitimes ». Le projet porte sur la signification qu’il convient d’accorder à l’expansion généralisée du schème de l’état d’exception et de l’exceptionnalité à l’époque contemporaine. Le séminaire se propose de nourrir cette réflexion sous un angle spécifique : celui de la disjonction que toute pensée de l’exception opère entre violence politique légitime – qu’elle soit pensée comme une expression démocratique, une manifestation de la souveraineté populaire, celle d’une résistance à l’oppression, etc. – et violence criminelle qualifiée ou non par le droit.
Semestre 1
Intervenants :
- Lundi 2 octobre : Gilles Ferragu (Université Paris Nanterre) et Antoine Mégie (Université de Rouen)
- Lundi 20 novembre : séance annulée

Semestre 2
Intervenants :
- Lundi 12 février : La figure de l'ennemi intérieur, avec Gabriel Périès (Institut Mines-Télécom) et Alexandre Rios-Bordès (ICT, Université Paris Diderot)
- Mercredi 7 mars : Fabrice Flipo (LCSP, Université Paris Diderot), Jérôme Ferret (CADIS, EHESS-CNRS)
- Mercredi 11 avril : Violences policières, violences émeutières, avec Vincent Milou (Science Po, Paris) et Anthony Pregnatolo (ISP-Paris Nanterre / Centre Marcel Bloch)

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Politique et société

Révoltes, Révolutions : les enjeux d'une frontière incertaine

Alice CANABATE et Marie GOUPY

dateDate : 11/04/2018 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur (copier le lien dans votre navigateur)
https://form.jotformeu.com/CIPhFormulaires/goupy_marie_2018_04_11

lieu Adresse : Salle Maurice Allais, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Résumé : Semestre 1 & 2
Séminaire organisé avec le laboratoire LCSP de l'Université Paris Diderot.


Semestre 1 & 2
Le séminaire s’intéresse aux discours, aux acteurs, aux efforts de qualification d’événements qui, par leur radicalité et le bouleversement qu’ils induisent, peuvent être appelés, selon les acteurs et les points de vue, révolte ou révolution – la première étant elle-même l’objet de multiples qualifications depuis la saine légitime défense jusqu’à l’émeute ou l’acte criminel.
Pour aborder cette question, le séminaire vise à développer une double approche d’un point de vue à la fois disciplinaire (sociologie / philosophie du droit et philosophie politique) mais également en termes de point de vue (celui des mouvements sociaux / celui du droit et de l’État). Il vise spécifiquement à réinterroger les enjeux liés à la distinction entre formes de protestations et de violences politiques légitimes et violences criminelles, ainsi qu’entre action démocratique institutante et activisme illégal. Il s’agit, par ce double point de vue, de comprendre à la fois ce que font les discours politiques, ce que produit et ce que recouvre le droit, et la manière dont ces qualifications et disqualifications sont vécues d’un côté militant ou engagé, soit ce que ces frontières incertaines produisent et révèlent en terme d’écarts politiques et ontologiques.
Ce séminaire s’inscrit dans le cadre plus large du projet de recherche « États d’exception, exceptionnalités : les enjeux de frontières incertaines entre actes criminels et violences légitimes ». Le projet porte sur la signification qu’il convient d’accorder à l’expansion généralisée du schème de l’état d’exception et de l’exceptionnalité à l’époque contemporaine. Le séminaire se propose de nourrir cette réflexion sous un angle spécifique : celui de la disjonction que toute pensée de l’exception opère entre violence politique légitime – qu’elle soit pensée comme une expression démocratique, une manifestation de la souveraineté populaire, celle d’une résistance à l’oppression, etc. – et violence criminelle qualifiée ou non par le droit.
Semestre 1
Intervenants :
- Lundi 2 octobre : Gilles Ferragu (Université Paris Nanterre) et Antoine Mégie (Université de Rouen)
- Lundi 20 novembre : séance annulée

Semestre 2
Intervenants :
- Lundi 12 février : La figure de l'ennemi intérieur, avec Gabriel Périès (Institut Mines-Télécom) et Alexandre Rios-Bordès (ICT, Université Paris Diderot)
- Mercredi 7 mars : Fabrice Flipo (LCSP, Université Paris Diderot), Jérôme Ferret (CADIS, EHESS-CNRS)
- Mercredi 11 avril : Violences policières, violences émeutières, avec Vincent Milou (Science Po, Paris) et Anthony Pregnatolo (ISP-Paris Nanterre / Centre Marcel Bloch)

>> Partager

    image philosophie