AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Politique et société

Émotions et justice

Christophe BÉAL

dateDate : 24/05/2018 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur (copier le lien dans votre navigateur)
https://form.jotformeu.com/CIPhFormulaires/beal_christophe_2018_05_24

lieu Adresse : Salle Germaine Tillion, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Résumé :


Les émotions sont le plus souvent conçues comme des phénomènes qui altèrent l’impartialité du jugement, parasitent la délibération, interfèrent avec l’interprétation des normes juridiques et qui, en conséquence, devraient être expulsées en dehors du cadre judiciaire. Cependant, les juges peuvent être amenés à appréhender les affects dans une perspective normative, par exemple, lorsqu’il s’agit de se prononcer sur la responsabilité d’une personne ayant commis une infraction ou d’évaluer les préjudices subis par des victimes. La justice focalise incontestablement tout un ensemble d’émotions, celles des personnes directement concernées par l’infraction mais aussi des sentiments disséminés dans le corps social et qui trouvent une résonance dans l’institution pénale. La peine, comme l’affirme Durkheim, est une « réaction passionnelle », elle présente une dimension expressive et affective. Mais comment les émotions sont-elles perçues et interprétées par la justice ? Dans quelle mesure interviennent-elles dans la procédure judiciaire ? D’un côté, on a des raisons de penser que la colère, le dégoût, la haine ou le mépris n’ont guère leur place au sein de la sphère judiciaire, mais, d’un autre côté, certains modèles de justice restaurative insistent sur le rôle déterminant des affects, et notamment de la « honte réintégrative », dans la résolution des conflits. Les débats récents autour de la honte, des shame penalties ou sur les discours de haine révèlent toute la difficulté à intégrer les émotions dans une théorie de la justice. S’il convient de dépasser l’opposition entre les passions et la rationalité du droit, il faut se demander si les émotions ne présentent pas des vertus permettant de parvenir à des décisions plus justes et à une autre manière de rendre justice. Partant des travaux de Martha Nussbaum mais aussi des recherches contemporaines sur la valeur éthique des émotions, ce séminaire a pour objectif d’engager une réflexion sur la place et la fonction des affects dans l’ordre juridique.
Intervenants :
- Jeudi 22 mars : Christophe Béal (CIPh) : La honte et la justice pénale
- Jeudi 5 avril : Philippe Blanc (Tours) : Compassion et sens de la justice chez Martha Nussbaum
- Jeudi 3 mai : Christiane Besnier (Université Paris Nanterre) : Les émotions dans le procès pénal : France, États-Unis
- Jeudi 24 mai : Fanny Élisabeth Rollet (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) : Du rôle des émotions dans quelques excuses pénales

>> Partager

    image philosophie