AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

L'écrit et l'objet : subversion de l'espace pictural chez Twombly et Rauschenberg

Vicky SKOUMBI

dateDate : 18/10/2017 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Annulé

nota beneInscription obligatoire sur
https://form.jotformeu.com/71216136084349

lieu Adresse : Salle PrM103, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris

Résumé : Séminaire organisé en collaboration avec αληthεια, revue grecque de philosophie, psychanalyse et art.


Il s’agit d’explorer les modes de subversion de l’espace pictural chez Cy Twombly et Robert Rauschenberg. Nous aborderons quelques œuvres significatives de ces deux artistes majeurs, en espérant qu'elles gagneront en intelligibilité par cette confrontation. Car chacun d’eux, en suivant des voies singulières et par des moyens bien distincts, a pu remettre en question la représentation picturale et l’espace tableau, au point de faire naître un autre espace à sa place.
Dans un premier temps et en partant du cycle Fifty days at Iliam, inspiré de l’Iliade, nous explorerons un faisceau de questions autour de la place prépondérante de l’écrit dans l’œuvre de Cy Twombly.
Est-ce que l’écriture affecte l’organisation de l’espace pictural dans son ensemble ? Est-ce qu’elle « contamine » en quelque sorte tout trait, de sorte qu’il devient une forme d’idéogramme ? Et inversement, est-ce que la graphie peinte de la lettre par un « ductus » dysgraphique colorée qui rend le corps visible n’affecte pas l’écrit de sorte que celui-ci fonctionne comme un pictogramme qui donne à la fois à lire et à voir ? Peut-on dire que la succession linéaire de l’écriture introduit dans le tableau une temporalité propre à la lecture ?
Dans un deuxième temps, nous nous centrerons sur les Combines de Rauschenberg, ces œuvres entre peinture et sculpture qui intègrent au tableau des objets trouvés et des images toutes faites. Ce qui nous conduira à une autre série de questions. Quelle est l’incidence de l’introduction des objets réels dans la peinture sur la construction de l’espace ? Est-ce que cela annule la distinction entre espace pictural et espace réel ? S’agit-il de la constitution d’un espace transitionnel, intermédiaire entre les deux ? Le rapport sujet regardant / objet vu se modifie-t-il en conséquence ? Quelle incidence aurait sur le régime des images l’imbrication des readymade dans l’espace de celles-là ? Peut-on, à la suite de Rosalind Krauss, parler ici d’un matérialisme de l’image ?

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

L'écrit et l'objet : subversion de l'espace pictural chez Twombly et Rauschenberg

Vicky SKOUMBI

dateDate : 15/11/2017 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur
https://form.jotformeu.com/71217069684361

lieu Adresse : Salle PrM103, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris

Résumé : Séminaire organisé en collaboration avec αληthεια, revue grecque de philosophie, psychanalyse et art.


Il s’agit d’explorer les modes de subversion de l’espace pictural chez Cy Twombly et Robert Rauschenberg. Nous aborderons quelques œuvres significatives de ces deux artistes majeurs, en espérant qu'elles gagneront en intelligibilité par cette confrontation. Car chacun d’eux, en suivant des voies singulières et par des moyens bien distincts, a pu remettre en question la représentation picturale et l’espace tableau, au point de faire naître un autre espace à sa place.
Dans un premier temps et en partant du cycle Fifty days at Iliam, inspiré de l’Iliade, nous explorerons un faisceau de questions autour de la place prépondérante de l’écrit dans l’œuvre de Cy Twombly.
Est-ce que l’écriture affecte l’organisation de l’espace pictural dans son ensemble ? Est-ce qu’elle « contamine » en quelque sorte tout trait, de sorte qu’il devient une forme d’idéogramme ? Et inversement, est-ce que la graphie peinte de la lettre par un « ductus » dysgraphique colorée qui rend le corps visible n’affecte pas l’écrit de sorte que celui-ci fonctionne comme un pictogramme qui donne à la fois à lire et à voir ? Peut-on dire que la succession linéaire de l’écriture introduit dans le tableau une temporalité propre à la lecture ?
Dans un deuxième temps, nous nous centrerons sur les Combines de Rauschenberg, ces œuvres entre peinture et sculpture qui intègrent au tableau des objets trouvés et des images toutes faites. Ce qui nous conduira à une autre série de questions. Quelle est l’incidence de l’introduction des objets réels dans la peinture sur la construction de l’espace ? Est-ce que cela annule la distinction entre espace pictural et espace réel ? S’agit-il de la constitution d’un espace transitionnel, intermédiaire entre les deux ? Le rapport sujet regardant / objet vu se modifie-t-il en conséquence ? Quelle incidence aurait sur le régime des images l’imbrication des readymade dans l’espace de celles-là ? Peut-on, à la suite de Rosalind Krauss, parler ici d’un matérialisme de l’image ?

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

L'écrit et l'objet : subversion de l'espace pictural chez Twombly et Rauschenberg

Vicky SKOUMBI

dateDate : 22/11/2017 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur
https://form.jotformeu.com/71216813284353

lieu Adresse : Salle Germaine Tillion, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Résumé : Séminaire organisé en collaboration avec αληthεια, revue grecque de philosophie, psychanalyse et art.


Il s’agit d’explorer les modes de subversion de l’espace pictural chez Cy Twombly et Robert Rauschenberg. Nous aborderons quelques œuvres significatives de ces deux artistes majeurs, en espérant qu'elles gagneront en intelligibilité par cette confrontation. Car chacun d’eux, en suivant des voies singulières et par des moyens bien distincts, a pu remettre en question la représentation picturale et l’espace tableau, au point de faire naître un autre espace à sa place.
Dans un premier temps et en partant du cycle Fifty days at Iliam, inspiré de l’Iliade, nous explorerons un faisceau de questions autour de la place prépondérante de l’écrit dans l’œuvre de Cy Twombly.
Est-ce que l’écriture affecte l’organisation de l’espace pictural dans son ensemble ? Est-ce qu’elle « contamine » en quelque sorte tout trait, de sorte qu’il devient une forme d’idéogramme ? Et inversement, est-ce que la graphie peinte de la lettre par un « ductus » dysgraphique colorée qui rend le corps visible n’affecte pas l’écrit de sorte que celui-ci fonctionne comme un pictogramme qui donne à la fois à lire et à voir ? Peut-on dire que la succession linéaire de l’écriture introduit dans le tableau une temporalité propre à la lecture ?
Dans un deuxième temps, nous nous centrerons sur les Combines de Rauschenberg, ces œuvres entre peinture et sculpture qui intègrent au tableau des objets trouvés et des images toutes faites. Ce qui nous conduira à une autre série de questions. Quelle est l’incidence de l’introduction des objets réels dans la peinture sur la construction de l’espace ? Est-ce que cela annule la distinction entre espace pictural et espace réel ? S’agit-il de la constitution d’un espace transitionnel, intermédiaire entre les deux ? Le rapport sujet regardant / objet vu se modifie-t-il en conséquence ? Quelle incidence aurait sur le régime des images l’imbrication des readymade dans l’espace de celles-là ? Peut-on, à la suite de Rosalind Krauss, parler ici d’un matérialisme de l’image ?

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

L'écrit et l'objet : subversion de l'espace pictural chez Twombly et Rauschenberg

Vicky SKOUMBI

dateDate : 29/11/2017 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur
https://form.jotformeu.com/71217040084344

lieu Adresse : Salle Germaine Tillion, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Résumé : Séminaire organisé en collaboration avec αληthεια, revue grecque de philosophie, psychanalyse et art.


Il s’agit d’explorer les modes de subversion de l’espace pictural chez Cy Twombly et Robert Rauschenberg. Nous aborderons quelques œuvres significatives de ces deux artistes majeurs, en espérant qu'elles gagneront en intelligibilité par cette confrontation. Car chacun d’eux, en suivant des voies singulières et par des moyens bien distincts, a pu remettre en question la représentation picturale et l’espace tableau, au point de faire naître un autre espace à sa place.
Dans un premier temps et en partant du cycle Fifty days at Iliam, inspiré de l’Iliade, nous explorerons un faisceau de questions autour de la place prépondérante de l’écrit dans l’œuvre de Cy Twombly.
Est-ce que l’écriture affecte l’organisation de l’espace pictural dans son ensemble ? Est-ce qu’elle « contamine » en quelque sorte tout trait, de sorte qu’il devient une forme d’idéogramme ? Et inversement, est-ce que la graphie peinte de la lettre par un « ductus » dysgraphique colorée qui rend le corps visible n’affecte pas l’écrit de sorte que celui-ci fonctionne comme un pictogramme qui donne à la fois à lire et à voir ? Peut-on dire que la succession linéaire de l’écriture introduit dans le tableau une temporalité propre à la lecture ?
Dans un deuxième temps, nous nous centrerons sur les Combines de Rauschenberg, ces œuvres entre peinture et sculpture qui intègrent au tableau des objets trouvés et des images toutes faites. Ce qui nous conduira à une autre série de questions. Quelle est l’incidence de l’introduction des objets réels dans la peinture sur la construction de l’espace ? Est-ce que cela annule la distinction entre espace pictural et espace réel ? S’agit-il de la constitution d’un espace transitionnel, intermédiaire entre les deux ? Le rapport sujet regardant / objet vu se modifie-t-il en conséquence ? Quelle incidence aurait sur le régime des images l’imbrication des readymade dans l’espace de celles-là ? Peut-on, à la suite de Rosalind Krauss, parler ici d’un matérialisme de l’image ?

>> Partager

    image philosophie