AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Ontologie de l'incommensurable (II)

Gaetano CHIURAZZI

dateDate : 23/05/2019 heure Début : 19h -> Fin : 21h  O.K.

lieu Adresse : Salle Delacommune-Orgebin, USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris. Code porte 06476

Résumé :


Ce projet de séminaire se présente comme la continuation du séminaire « Spéculation : entre philosophie et économie » tenu dans l’année 2017-2018, dont la quatrième séance était dédiée au concept d’incommensurable. Il reprend donc ce concept, en le développant d’une manière plus ample et articulée. Il se déroulera en quatre séances :
1. La mesure de la réalité : nombre, mètre, monnaie ;
2. L’apparition de l’incommensurable : le Théétète de Platon ;
3. Le non-être comme incommensurable : le Sophiste ;
4. Figures de l’incommensurable : le besoin, le don, l’histoire.
À partir des présupposés philosophiques et historiques qui ont conduit à l’affirmation d’une conception quantitative de la réalité, notamment à la naissance de la science et de l’économie au sens moderne, le séminaire cherche à montrer qu’au cœur de toute mensuration se cache quelque chose qui échappe à la mensuration et qui résulte de la tentative même de reporter toute chose à une mesure commune (par exemple, la monnaie). En remontant au moment auroral où l’incommensurable a fait son apparition dans les mathématiques anciennes, et au séisme conceptuel qu’elle a provoqué, le séminaire se concentrera sur le Théétète de Platon, dont on donnera une interprétation à partir de la – à première vue – marginale « leçon de mathématique », où les grandeurs incommensurables sont appelées par le mot dynamis. Cette dénomination constituera le fil ontologique qui permet de passer au Sophiste. La thèse qu’on veut soutenir et démontrer est que la définition de l’être comme dynamis (Soph. 247e) n’est compréhensible que sur l’arrière-plan de la discussion mathématique du Théétète. L’introduction des grandeurs incommensurables en philosophie signifie donc avant tout le passage d’une ontologie statique à une ontologie dynamique. Le besoin, le don et l’histoire sont des « figures de l’incommensurable », des symptômes de ce que j’appelle « l’asymétrie incontournable du réel » : elles introduisent une irréversibilité dans l’économie et le devenir, ce qui donne au concept d’incommensurable une concrétisation, que l'on pourrait dire, existentiale.

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Ontologie de l'incommensurable (II)

Gaetano CHIURAZZI

dateDate : 27/05/2019 heure Début : 19h -> Fin : 21h  O.K.

nota beneInscription ouverte 1 semaine avant au lien suivant :
https://form.jotformeu.com/CIPhFormulaires/sem_chiurazzi_s2_2018-19

lieu Adresse : Salle PrM103, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris

Résumé :


Ce projet de séminaire se présente comme la continuation du séminaire « Spéculation : entre philosophie et économie » tenu dans l’année 2017-2018, dont la quatrième séance était dédiée au concept d’incommensurable. Il reprend donc ce concept, en le développant d’une manière plus ample et articulée. Il se déroulera en quatre séances :
1. La mesure de la réalité : nombre, mètre, monnaie ;
2. L’apparition de l’incommensurable : le Théétète de Platon ;
3. Le non-être comme incommensurable : le Sophiste ;
4. Figures de l’incommensurable : le besoin, le don, l’histoire.
À partir des présupposés philosophiques et historiques qui ont conduit à l’affirmation d’une conception quantitative de la réalité, notamment à la naissance de la science et de l’économie au sens moderne, le séminaire cherche à montrer qu’au cœur de toute mensuration se cache quelque chose qui échappe à la mensuration et qui résulte de la tentative même de reporter toute chose à une mesure commune (par exemple, la monnaie). En remontant au moment auroral où l’incommensurable a fait son apparition dans les mathématiques anciennes, et au séisme conceptuel qu’elle a provoqué, le séminaire se concentrera sur le Théétète de Platon, dont on donnera une interprétation à partir de la – à première vue – marginale « leçon de mathématique », où les grandeurs incommensurables sont appelées par le mot dynamis. Cette dénomination constituera le fil ontologique qui permet de passer au Sophiste. La thèse qu’on veut soutenir et démontrer est que la définition de l’être comme dynamis (Soph. 247e) n’est compréhensible que sur l’arrière-plan de la discussion mathématique du Théétète. L’introduction des grandeurs incommensurables en philosophie signifie donc avant tout le passage d’une ontologie statique à une ontologie dynamique. Le besoin, le don et l’histoire sont des « figures de l’incommensurable », des symptômes de ce que j’appelle « l’asymétrie incontournable du réel » : elles introduisent une irréversibilité dans l’économie et le devenir, ce qui donne au concept d’incommensurable une concrétisation, que l'on pourrait dire, existentiale.

>> Partager

    image philosophie