AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Masculin et féminin de Freud à Lacan

Paul-Laurent ASSOUN

dateDate : 14/01/2019 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Modif code porte

lieu Adresse : Salle Delacommune, USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris. Code porte 04289

Résumé :


Le retour à Freud de Lacan et son différend avec Freud, en ses dimensions épistémologique et clinique, se « testent » sur la question du sexuel, de la dualité sexuelle et du déchiffrement freudien des fonctions inconscientes du masculin et du féminin. À quoi Lacan répond par une « logique de la sexuation », radicalisant le diagnostic freudien du caractère « non favorable à la satisfaction » inhérent à la pulsion sexuelle en énonçant que « le rapport sexuel est impossible ». 
La démarche pour faire avancer méthodiquement ce questionnement impose donc la séquence générale suivante, au cours des huit séances.
En premier lieu, on dégagera le portrait métapsychologique de ces fonctions « masculin/féminin », en montrant leur mise au travail et leur écriture au moyen de la clinique freudienne.
Dans un deuxième temps, on en verra les conséquences sur le plan de la jouissance, du désir et de l’amour. Avec la distinction des deux jouissances, « jouissance phallique » (masculine) et « jouissance de l’Autre » (féminine), la rencontre se mettant au défi de l’hétérogénéité des jouissances des deux sexes. Cela situe le désir du côté de l’« objet a », ce qui cause le désir et ouvre la dimension de la passion. Enfin, cela place l’amour, comme « faire-un », dans la position, de suppléance à l’impossible du rapport sexuel. En sorte que c’est « au nom de l’amour que la jouissance condescend au désir ».
Dans un troisième temps, on verra se déployer la logique de la sexuation, la logique frégéenne de « l’exception » étant sollicitée chez Lacan pour théoriser le « pas-tout » du côté du féminin – réactivant la question freudienne du « Que veut la femme ? » Traversée de cette dialectique entre la métapsychologie freudienne et la mathesis lacanienne permettant de situer l’apport analytique à la question de l’Eros dans le Logos philosophique.





>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Masculin et féminin de Freud à Lacan

Paul-Laurent ASSOUN

dateDate : 21/01/2019 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Modif code porte

lieu Adresse : Salle Delacommune, USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris. Code porte 04289

Résumé :


Le retour à Freud de Lacan et son différend avec Freud, en ses dimensions épistémologique et clinique, se « testent » sur la question du sexuel, de la dualité sexuelle et du déchiffrement freudien des fonctions inconscientes du masculin et du féminin. À quoi Lacan répond par une « logique de la sexuation », radicalisant le diagnostic freudien du caractère « non favorable à la satisfaction » inhérent à la pulsion sexuelle en énonçant que « le rapport sexuel est impossible ». 
La démarche pour faire avancer méthodiquement ce questionnement impose donc la séquence générale suivante, au cours des huit séances.
En premier lieu, on dégagera le portrait métapsychologique de ces fonctions « masculin/féminin », en montrant leur mise au travail et leur écriture au moyen de la clinique freudienne.
Dans un deuxième temps, on en verra les conséquences sur le plan de la jouissance, du désir et de l’amour. Avec la distinction des deux jouissances, « jouissance phallique » (masculine) et « jouissance de l’Autre » (féminine), la rencontre se mettant au défi de l’hétérogénéité des jouissances des deux sexes. Cela situe le désir du côté de l’« objet a », ce qui cause le désir et ouvre la dimension de la passion. Enfin, cela place l’amour, comme « faire-un », dans la position, de suppléance à l’impossible du rapport sexuel. En sorte que c’est « au nom de l’amour que la jouissance condescend au désir ».
Dans un troisième temps, on verra se déployer la logique de la sexuation, la logique frégéenne de « l’exception » étant sollicitée chez Lacan pour théoriser le « pas-tout » du côté du féminin – réactivant la question freudienne du « Que veut la femme ? » Traversée de cette dialectique entre la métapsychologie freudienne et la mathesis lacanienne permettant de situer l’apport analytique à la question de l’Eros dans le Logos philosophique.





>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Masculin et féminin de Freud à Lacan

Paul-Laurent ASSOUN

dateDate : 28/01/2019 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Modif code porte

lieu Adresse : Salle Delacommune, USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris. Code porte 04289

Résumé :


Le retour à Freud de Lacan et son différend avec Freud, en ses dimensions épistémologique et clinique, se « testent » sur la question du sexuel, de la dualité sexuelle et du déchiffrement freudien des fonctions inconscientes du masculin et du féminin. À quoi Lacan répond par une « logique de la sexuation », radicalisant le diagnostic freudien du caractère « non favorable à la satisfaction » inhérent à la pulsion sexuelle en énonçant que « le rapport sexuel est impossible ». 
La démarche pour faire avancer méthodiquement ce questionnement impose donc la séquence générale suivante, au cours des huit séances.
En premier lieu, on dégagera le portrait métapsychologique de ces fonctions « masculin/féminin », en montrant leur mise au travail et leur écriture au moyen de la clinique freudienne.
Dans un deuxième temps, on en verra les conséquences sur le plan de la jouissance, du désir et de l’amour. Avec la distinction des deux jouissances, « jouissance phallique » (masculine) et « jouissance de l’Autre » (féminine), la rencontre se mettant au défi de l’hétérogénéité des jouissances des deux sexes. Cela situe le désir du côté de l’« objet a », ce qui cause le désir et ouvre la dimension de la passion. Enfin, cela place l’amour, comme « faire-un », dans la position, de suppléance à l’impossible du rapport sexuel. En sorte que c’est « au nom de l’amour que la jouissance condescend au désir ».
Dans un troisième temps, on verra se déployer la logique de la sexuation, la logique frégéenne de « l’exception » étant sollicitée chez Lacan pour théoriser le « pas-tout » du côté du féminin – réactivant la question freudienne du « Que veut la femme ? » Traversée de cette dialectique entre la métapsychologie freudienne et la mathesis lacanienne permettant de situer l’apport analytique à la question de l’Eros dans le Logos philosophique.





>> Partager

    image philosophie