image philosophie

Guillaume ARTOUS-BOUVET

Actuel(le) Directeur de programme du 01/07/2019  au 30/06/2025

Direction de programme : Poésie et autorité. Déconstructions et reconstructions poétiques de l’autorité

Résumé : À quelles conditions la poésie peut-elle encore faire autorité ? Ces recherches voudraient montrer comment la poésie moderne, tout en procédant à la révocation méthodique des procédures d’autorité qui lui sont traditionnellement imposées par la philosophie, aura cherché depuis la fin du XIXe siècle à refonder une autorité d’un genre inédit, définissant elle-même un type d’habitation anthropologique.
La philosophie, en son moment fondateur (Platon), aura soumis la poésie à une triple législation : 1/ Ontologique : l’être doit pouvoir répondre à et de la parole, en lui assignant une origine et un horizon (Phèdre). 2/ Éthique et politique : l’imitation doit régler le domaine de ses productions sur la dimension du moralement imitable (La République). 3/ Linguistique : l’imitation doit se déployer selon une configuration linguistique ordonnée, fixant l’origine de l’énonciation, et maintenant la distinction entre le discours et le monde qu’il prend pour objet (La République).
Si l’on en croit certaines de ses réceptions philosophiques modernes (Badiou, Derrida, Meillassoux), on peut considérer la Crise de vers (1897) déclarée par Mallarmé comme la révocation méthodique de cette soumission poétique : la déconstruction de l’alexandrin s’y trouve articulée à la mise en cause de l’assignabilité de l’énonciation du poème (à un sujet et agent), ainsi qu’à la mise en question de sa potentialité mimétique (c’est-à-dire de sa référence à un monde). La crise du vers suppose donc tout à la fois la « disparition élocutoire du poète, qui cède l’initiative aux mots » (1) , et la virtualisation de la référentialité d’un dire qui est désormais « avant tout, rêve et chant »(2) .
À travers une lecture extensive de la poésie moderne (Baudelaire, Mallarmé, Rimbaud) et contemporaine (Beck, Bonnefoy, Bouquet, Deguy, Roubaud), ces recherches voudraient rendre visibles les enjeux philosophiques des différentes procédures poétiques visant, sous condition d’une déconstruction des modalités traditionnelles de l’autorité, à reconstruire par la parole la possibilité d’une habitation poétique, c’est-à-dire à refonder – ou à relancer – la possibilité même d’une autorité qui tienne compte de la crise du rapport à l’origine, de la disruption du sujet, et de la nécessaire réfection des genres et de l’habiter.

(1) Stéphane MALLARMÉ, Œuvres complètes, t.2,p. 211
(2) Ibid, p. 213