image philosophie

Alexis CUKIER

Actuel(le) Directeur de programme du 01/07/2016  au 30/06/2022

Direction de programme : Travail et démocratie

Résumé : « Démocratiser l’entreprise », « remettre le travail au cœur de la démocratie »: mais sur quelle base, et pour quoi faire ? Ce programme de recherche propose d’explorer les rapports entre travail et démocratie dans les sociétés capitalistes contemporaines : quelles sont les conséquences politiques des transformations du procès, de l’organisation et de la division du travail ? De quelles théories, pratiques et expériences disposons-nous pour penser une démocratisation du travail ? Comment le travail pourrait-il être transformé pour constituer un moyen d’une transformation démocratique de l’ensemble de la société, et quels seraient alors les mutations conjointes de l’entreprise, du syndicat et de l’État ?
Nous examinerons des travaux récents dans les domaines de la psychologie et de la sociologie du travail, mais aussi de l’histoire sociale, de l’économie et des sciences politiques, ainsi que les apports décisifs du féminisme et de l’écologie politique, au prisme des outils et méthodes de la philosophie sociale, de filiations marxiste, foucaldienne ou pragmatiste. Nous questionnerons la manière dont la financiarisation de l’économie, le démantèlement du droit social, l’organisation néomanagériale du travail empêchent la réalisation des potentialités démocratiques du travail mais aussi dont certaines pratiques économiques (coopératives et autogestionnaires) et politiques (luttes sociales et syndicales, solidarités concrètes liées à la production) peuvent constituer des points d’appui pour créer de nouvelles formes de pratique démocratique. En croisant les paradigmes de la lutte des classes et de la démocratie industrielle, nous dessinerons trois concept-problèmes, qui constitueront la trame de l’enquête collective et de la discussion : la fonction politique du travail, la centralité politique du travail, le travail démocratique.
Au final, il s’agira d’éclairer, à la lumière de l’analyse des enjeux politiques du travail, les formes contemporaines de la contradiction entre capitalisme et démocratie, et d’élaborer et mettre en discussion les grandes lignes d’une politique démocratique du travail.