image philosophie

Christophe ANGEBAULT-ROUSSET

Actuel(le) Directeur de programme du 01/07/2016  au 30/06/2022

Direction de programme : L'institution du peuple : paideia, critique, souveraineté

Résumé : L’objectif de cette recherche est de penser les contradictions entre volonté de former l’esprit critique des citoyens par le système éducatif et l’absence d’une véritable paideia démocratique, au sens que C. Castoriadis donne à ce terme.
L’idée d’« institution du peuple » pose la question de l’éducation dans la perspective castoriadienne d’une « institution imaginaire de la société ». A l’époque moderne, la notion de « peuple souverain » s’est construite comme une telle institution imaginaire, et la fonction mythique de « l’instituteur », dans l’acception républicaine du terme, pourrait alors se comprendre comme une tentative d’instituer le peuple comme sujet de la démocratie. Mais « institution du peuple » peut aussi se prendre dans le sens inverse, où ce serait l’institution que se donne le peuple dans un acte démocratique d’auto-institution.
Cette ambivalence permet de montrer l’insuffisance des modèles hérités de la paideia moderne par rapport aux enjeux de la démocratie et de l’autonomie. Cette paideia s’est en effet construite en même temps que l’Etat, et les deux participent d’un même imaginaire institutionnel. La formation critique du citoyen est alors insuffisante pour accéder à une réelle pratique démocratique, car elle se construit sur la double fiction de la souveraineté du peuple (en lieu et place du monarque) et de la souveraineté de la conscience douée de raison (en lieu et place de l’ancienne censure dogmatique).
Le problème peut donc se résumer ainsi : pourquoi, comment, et à quelles conditions dénouer le lien entre la souveraineté et la paideia ? Ce lien pèse lourdement à la fois sur le caractère émancipateur des systèmes éducatifs et sur la conception et les usages de la critique qui s’y instituent. L’interroger et travailler à le ré-instituer nous apparaît comme une voie nécessaire pour développer une paideia démocratique et émancipatrice.

On développera trois axes de travail principaux :
- souveraineté et paideia dans les textes de pédagogie et de philosophie politique de la modernité (Bodin, Locke, Rousseau, Condorcet).
- paideia et critique : approche croisée des œuvres de C. Castoriadis et de W. Benjamin.
- expériences d’éducation émancipatrice, notamment en pédagogie institutionnelle (Freinet, Oury…).

Le travail sera réalisé en articulation avec des expérimentations pédagogiques dans l’enseignement secondaire et des dispositifs d’éducation populaire (université populaire).