image philosophie

Abbed KANOOR

Actuel(le) Directeur de programme Allemagne  du 01/07/2019  au 30/06/2025

Direction de programme : « Entre », Interculturalité en tant que situation vécue, Une contribution phénoménologique

Résumé : Nous observons de nos jours, au-delà des pistes proposées pour la Weltphilosophie et des contributions théoriques à la question de l’identité dans un monde globalisé, un intérêt croissant pour les approches interculturelles de la philosophie (la philosophie comparative ou l’enseignement de la philosophie asiatique, indienne et islamique dans les universités européennes) et en même temps des recherches florissantes sur les théories postcoloniales et la décolonisation de la pensée. Cet état de choses nous conduit à l’exigence d’une réflexion philosophique sur l’interculturalité sous la forme d’une enquête phénoménologique. Notre propos est le suivant:
1) Accentuer le champ d'expérience interculturelle et la mise en évidence de sa modalité de constitution du sens en explorant ses propres formes d'expression – telles que la pensée de la différence et la pensée nomade.
2) Mener une confrontation critique avec les efforts de marginaliser ou bien politiser le vécu de la situation interculturelle en dépit de son potentiel constitutif.
3) Apporter une contribution phénoménologique à l'identité interculturelle.
En ayant ce fondement nous essayons d’atteindre l’objectif suivant :
1) La double démarche de projeter des esquisses d’une phénoménologie de l’interculturalité et d’effectuer une approche philosophique de la question de l’identité interculturelle en tant que conscience métisse. Notre exposition phénoménologique de la dissociation dans la conscience du temps, en tant que fondement de la subjectivité, démontrent que l'expérience de limite et le clivage du moi sont des dimensions irréductiblement anthropologiques. Cette observation phénoménologique se donne comme une piste pour interroger la dichotomie entre identité authentique (pure) / identité inauthentique (hybride).
2) Thématiser la tension intérieure de celui qui vit des mondes culturels parallèles, dans la mesure où il ne se trouve plus jamais dans l’évidence de sa culture tradition et non encore intégré dans l’horizon d’une nouvelle culture appropriée (schizophrénie culturelle).
3) Appliquer les résultats de cette analyse aux débats actuels tels que le postcolonialisme et surtout l’orientalisme, en prenant pour point de départ l’expérience d’ « être entre les deux » qui ouvre une troisième voie à l’encontre de l’attitude euro-centrique et l’attitude postcoloniale avec leurs dichotomies exclusives.