image philosophie

Jean-Godefroy BIDIMA

Ancien(ne) Directeur de programme du 01/07/2001  au 30/06/2007

Direction de programme : Positions, réceptions et prospections des philosophies africaines : autoréflexion et historicité

Résumé : Les discours philosophiques africains se sont employés depuis une quarantaine d'années à réfléchir sur les possibilités de l'existence d'une philosophie africaine. Quelques débats concernant le rapport aux méthodes ethnologiques ( la fameuse querelle de l'ethnophilosophie), à la problématique du statut philosophique des langues africaines, à la politique coloniale et à la place des cultures africaines en philosophie, mettaient en vue le paradigme de l'IDENTITÉ. Au fond, la question était celle de l'“être-africain” : qu'«est”-ce que la philosophie africaine? Qu'«est”-ce que la liberté africaine?Qu'«est”-ce que l'histoire africaine? Ces questions qui mettent en exergue l'«être» traduisaient un mode de pensée substantialiste qui ne tient compte que des essences. Les différents discours sur la philosophie africaine tournaient donc autour de l'«être africain» (l'africanité) et étaient liés à une génération de philosophes africains issus de l'école coloniale. Nous renversons la perspective pour ne plus interroger l'«être-africain» mais les différents régimes du «devenir» africain. Au paradigme de l'identité africaine, on propose celui de la TRAVERSÉE. Comment dire, lire et décrire ce qui devient dans les termes qui font attention au surgissement, à l'inattendu et à l'incertain? S'il y a une universalité de la Raison avec un pluralisme de ses expressions, le problème est dès lors de scruter en Afrique - en dépassant les faux dualismes qui émaillent les discours des anciennes générations des philosophes africains : tradition/modernité, occident/Afrique, oralité/écriture - comment se conjuguent les phénomènes et discours qui expriment les PASSAGES, l'ENTREDEUX et la TRAVERSÉE? Notre démarche scrute à la fois les positions, les réceptions et les prospections des philosophies africaines. POSITIONS. Revoir de manière archéologique comment s'est structuré théoriquement et politiquement le discours réactif de l'identité africaine. RÉCEPTIONS. ANALYSER LES RÉCEPTIONS FRANÇAISE DE LA PHILOSOPHIE AFRICAINE FORTEMENT MARQUÉE PAR L'ETHNOLOGIE COLONIALE ET LES RÉCEPTIONS ALLEMANDES QUI ONT AUSSI LA LACUNE DE TOUT METTRE SOUS LE NOM DE PHILOSOPHIE africaine. PROSPECTIONS. Il s'agira d'indiquer les nouveaux champs de la philosophie africaines : les rapports au droit, à l'éthique médicale, à l'esthétique et aux phénomènes politiques qui ne réduisent pas le politique au seul étatique...Le but est de parvenir à l'élaboration d'un discours philosophique africain qui, conscient des ses impossibilités et hésitations, se retourne sur lui-même (AUTO-RÉFLEXIVITÉ) AFIN D'ARTICULER UN RÉCIT À PEU PRÈS CRÉDIBLE sur l'expérience actuelle du monde (HISTORICITÉ).