image philosophie

Franz Anton CRAMER

Ancien(ne) Directeur de programme Allemagne  du 01/07/2007  au 30/06/2013

Direction de programme : Au-delà de l'esthétique : Danse et crise

Résumé : Le projet qui est au centre du programme de recherche proposé «Au-delà de l’esthétique : danse et crise», a pour but de repenser une pratique culturelle de la modernité et ses liens avec une philosophie de l’esthétique.
Il s’agira d’approfondir cette thématique à plusieurs niveaux, en adoptant différentes perspectives. Depuis la vision du classicisme et ses „métaphysiques du mouvement“ en passant par l’anthropologie et l’ethnographie modernes avec leurs méthodes de distanciation et de valorisation du „fait dansant total“ jusqu’à la période du totalitarisme européen et des différentes «biologisations» de la danse, il y aura un long chemin à parcourir pour en venir à la contemporanéité en danse et ses enjeux définitionnels.
C’est à partir de ces termes-clé et de la problématique dont elles relèvent et qu’elles mettent en valeur que nous proposons un projet de recherche et d’approfondissement autour du statut de la danse, et des conséquences à en tirer.
En fait, nous assignerons une fonction double à la danse : elle constituera, dans l’ensemble de ses modes d’apparaître et ses phénomènes, la base empirique de toute réflexion et de toute recherche. Cela inclura la danse contemporaine, dont certains protagonistes seront appelés à intervenir dans séminaires, rencontres, échanges, et manifestations performatives.
D’autre part la danse sera la cible des enquêtes menées dans un sens plus large : s’il est vrai que les concepts de savoir, de corps et de mouvement ne vont plus, aujourd’hui, de soi et que leurs liens respectifs, leurs entrecroisements et leur nature ontologique, mais aussi le caractère pragmatique de leurs combinaisons multiples sont à repenser, peut-être même à ressaisir, à redéfinir dans leur ensemble, alors la pratique culturelle qu’on appelle danse (danse moderne, danse d’expression, danse sacrée, danse populaire ou contemporaine ...) sera une espèce de plate-forme pour proposer d’autres manières d’envisager la pensée et la communication en général.
C’est pourquoi nous proposons les CAS DE FIGURE suivants autour desquels seront effectuées les recherches :
- le classicisme et les métaphysiques du mouvement ;
- la danse moderne et ses rapports avec la genèse d’une ethnographie et d’une musicologie « corporalisées »;
- folklore – post-modernité – archive.
En empruntant ce chemin nous espérons aboutir à une nouvelle vision et pouvoir démontrer que de telles entreprises relèvent toutes de la nature ambiguë et du statut inobjectivable de la danse. Voilà peut-être aussi la raison primordiale pour laquelle la danse ne cesse d’accroître sa signification et sa visibilité dans le concert des arts et des pratiques culturelles : elle répond, ou, du moins, aide à trouver des éléments de réponse face à cette crise de la ratio qui hante la modernité.
Ce chemin, nous tenterons de le parcourir collectivement avec des praticiens de la chorégraphie, des pédagogues de projets avancés de l’enseignement de la danse, des chercheurs, des universitaires afin d’élargir les termes et les concepts nécessaires à l’exploration de cette thématique.
Danse et mouvement échappent à jamais à leur fixation dans la cognition et l’objectivation, et c’est en cette qualité qu’ils incitent à des réponses multiples. Ces réponses, il faut les donner et toujours les repenser à nouveau. La contemporanéité l’exige et est profondément marquée par ce jeu de question/réponse. DANSE ET CRISE forment un nouvel état de choses : AU-DELÀ DE L’ESTHÉTIQUE.