image philosophie

Marcel DRACH

Ancien(ne) Directeur de programme du 01/07/1998  au 30/06/2004

Direction de programme : La dette et l'échange. Destitution et institution de la raison économique

Résumé : La question qui soutient notre recherche est celle-ci : selon quels rapports à l'autre, à la dette et au désir s'instaure et se déploie l'économique?
À l'autre : partant de l'essai que lui a consacré Mauss, nous avancerons que le don s'ordonne à l'irréciprocité requise par l'autre comme tout autre. Avec l'échange, l'économique s'établit dans la réciprocité induite par l'intériorisation de l'autre comme même. À la dette : à la coupable inadéquation, corrélative de la position d'un tout autre, et consistant en une dette outrepassant toujours ce qui est donné pour l'apurer, l'économique substitue l'équation apaisante, permise par la présence d'un même, identifiant la dette de l'un à celle de l'autre.
Ainsi pour se défaire de l'angoisse causée par un «dehors incommensurable» (G. Bataille), l'économique cherche la mesure, la co-mensurabilité de la dette. Nous souvenant d'une inspiration aiguë d'Aristote, à laquelle Marx fait en fin de compte un sort phénoménologique, nous envisagerons la monnaie comme une écriture : comme de la perte. Au désir : l'économique ligature de la satisfaction et la dette, le gain et la perte. Ainsi ne fait-elle droit au désir que sous l'égide du renoncement. Ceci rend compte de la prééminence du travail (perte productive) dans la pratique et la pensée économiques. Ce jouir onéreux, libéré par l'économique, précipite ceux qu'il asservit dans l'«ustensilaire» (P. Klossowski) et dans l'infini des variations sadiques infligées aux hommes et aux choses, qu'il comporte.