image philosophie

Jean-Marc LEVY-LEBLOND

Ancien(ne) Directeur de programme du 01/07/2001  au 30/06/2007

Direction de programme : Épistémologie expérimentale

Résumé : Mon travail de physicien théoricien se déploie depuis plusieurs années en étroit contact avec un questionnement philosophique qui en oriente les thèmes et en conditionne les formes. Dans le prolongement de ces expériences, j'entends mener une activité de recherches que je souhaiterais qualifier d’ «épistémologie expérimentale». Il s'agit, partant des pratiques scientifiques effectives, non pas d'en extraire une essence abstraite (des critères de scientificité), mais de les utiliser comme banc d'essai de dispositifs conceptuels plus généraux. La question nodale ici n'est plus celle de l'épistémologie traditionnelle, à savoir : «qu'est-ce que la scientificité ?», mais plutôt: «à quoi la science peut-elle servir pour la pensée ?»
Une telle démarche n'a de sens que conduite à partir de problèmes spécifiques. Trois thèmes retiennent ainsi mon attention :
l) Le réductionnisme scientifique. A partir d'une analyse aussi concrète que possible des succès et surtout des limites de la démarche réductionniste en physique (cette «descente» vers l'élémentarité, de plus en plus rarement suivie d'une remontée vers la complexité), il s'agit de développer une perspective critique sur le réductionnisme aujourd'hui encore dominant, dans les sciences de la vie en particulier.
2) La science prise aux mots. La désinvolture langagière de la science contemporaine, son recours banalisé à des vocables vernaculaires (« big bang », « trous noirs », « code », etc.) traduit et amplifie une carence conceptuelle qui devient préoccupante. Un travail précis sur les vocabulaires des sciences contemporaines permettrait de poser à nouveaux frais certaines questions épistémologiques fondamentales.
3) Les marges de la science. Les sciences instituées s'accompagnent d'une abondante production hétérodoxe, souvent individuelle et singulière, donc peu visible, mars d'un considérable intérêt épistémologique, posant de façon originale et concrète la question traditionnelle du statut de vérité (ou de validité) des idées scientifiques.
L'analyse de ces marges convoquerait au surplus de façon originale l'histoire, la sociologie et la pédagogie des sciences.