image philosophie

Bernard PIETTRE

Ancien(ne) Directeur de programme du 01/07/2001  au 30/06/2007

Direction de programme : Philosophie, mathématiques et musique de Platon à nos jours

Résumé : Les rapports entre mathématiques et musique sont rarement étudiés dans une perspective philosophique qui ait pour l’objet la musique ou dans une approche de critique esthétique de la musique. La tradition philosophique - qu'on songe au Traité de Musica de saint Augustin ou à l'Abrégé de musique de Descartes - n'a eu de cesse de ramener sa réflexion théorique sur la musique à une théorisation mathématique de l'art des sons et des harmonies.
Notre intention est de questionner cette approche mathématique traditionnelle de la musique dans la perspective d'une réflexion esthétique ; de nous interroger sur l'incidence éventuelle de I'approche mathématique (des lois de l'harmonie et des rythmes) sur la pratique effective de la musique et ses canons esthétiques, qui ont par ailleurs considérablement évolué avec le temps.
Les théorisations mathématiques de la musique, d'inspiration philosophique, voire théologique, commencent avec Pythagore et Platon; on constate un écart entre un idéal musical philosophique (cosmologique et mathématique) et l'activité des musiciens professionnels de l'Antiquité ; la façon dont cet écart assumé par Platon et critiqué par un théoricien de la musique aristotélicien comme Aristoxène de Tarente éclaire les discussions de l'Antiquité sur la finalité de la mimèsis musicale.
Nous nous pencherons sur le devenir de l'approche mathématique de la musique dans le néopythagorisme et le néoplatonisme à la fin de l'antiquité mais aussi à travers tout le Moyen-Âge chrétien et la Renaissance, et l'irruption de nouveaux idéaux esthétiques (dès la fin de I'Antiquité) nous éloignant de l'idéal de la minèsis des Anciens.
Nous nous intéresserons au renouvellement complet dans les temps modernes de l'approche mathématique de l'harmonie (d'inspiration cartésienne, comme celle de Rameau au XVIII) qui permet cette fois de définir des lois réelles de composition et des canons esthétiques, tout en amorçant une rupture avec un idéal de la musique comme imitation de la nature.
Nous nous interrogerons enfin sur la place aujourd'hui des mathématiques dans la pensée et l'invention de la musique contemporaine et les idéaux esthétiques (platoniciens, comme chez Xénakis, ou au contraire antiplatoniciens) qu'elle implique.