image philosophie

Jehanne DAUTREY

Ancien(ne) Directeur de programme du 01/07/2001  au 30/06/2007

Direction de programme : Dispositifs musicaux et dispositifs de pensée

Résumé : Ce projet de programme se propose d'organiser une réflexion sur les dispositifs opérant dans les oeuvres musicales. De quelle manière les oeuvres comprennent-elles les opérations d'écoute et d'observation par lesquelles elles doivent être appréhendées? En quoi l'écoute et la compréhension des oeuvres dépendent-elles d'un dispositif qui nous situe par rapport à elles en même temps qu'il nous y donne accès? De quelle nature est alors ce dernier? On prendra pour point de départ la mise en place d'un face à face de l'opéra et du spectateur au XVIIe siècle ; en s'appuyant sur les dispositifs picturaux tels qu'ils sont analysés par Marin, Foucault, ou Arasse, on étudiera les points de convergence et de divergence du dispositifs de la scène lyrique avec ces derniers ; telles ces présences paradoxales (anamorphoses, éléments déplacés) qui hantent les tableaux, on fera surgir des opéras baroques des êtres intermédiaires, tempêtes, monstres, dieux, comme autant de méta-objets dessinant un rapport de la représentation à sa limite. On voudrait que cette question (qui est en même temps question du rapport entre l'obscur et la clarté, l'affect et l'intelligible à l'Âge classique) soit l'occasion de croiser plusieurs réflexions :
- une réflexion sur les rapports entre musique et peinture, art sonore et arts visuels (danse, cinéma), qui s'étendra jusqu'à la période contemporaine, et dans laquelle on s'interrogera sur des dispositifs et sur des concepts localement communs (statut de l'image, de la voix, du rythme, de la variation,...) ;
- une réflexion sur les rapports entre oeuvres artistiques et textes théoriques, dans laquelle on se demandera de quel point de vue ils renvoient les uns aux autres ;
- une réflexion sur la façon dont la philosophie met en place tous ces rapports, en concevant la pensée comme un cheminement ou un parcours (l'idée d'un enveloppement des rapports dans la sensation étant le point de départ de cette réflexion) ;
- enfin une réflexion sur ce que l'on entend par espace de l'oeuvre, dans laquelle on se propose de penser des espaces topologiques plutôt que des intériorités closes (rapport entre un dedans et un dehors).
À partir de là se dessine alors pour l'analyse philosophique, la possibilité d'une étude simultanée des différents arts, et d'une problématisation historique de leurs rapports. Tout le problème sera alors de voir en quoi ces dispositifs mettent en jeu une dramaturgie interne au sujet, ce qui nous permettra de conduire une réflexion sur le concept avancé par Deleuze et Foucault d'une «fonction-sujet»