image philosophie

François BALMÈS

Ancien(ne) Directeur de programme du 01/07/1995  au 30/06/2001

Direction de programme : Dieu dans la psychanalyse, du père à l'Autre

Résumé : De Freud à Lacan quelques constantes majeures : si d'abord la cure n'est incompatible avec aucune croyance, plus radicale est l'affirmation du caractère consubstantiel à la psychanalyse comme pensée, de l'athéisme. La psychanalyse est essentiellement solidaire de la science, mais la religion est bien l'interlocuteur, - l'adversaire - principal, au regard de sa vocation dans la civilisation. Cela ne va pas, sans reconnaître dans la religion une vérité, indépassable en un sens. Chez Freud le noyau en est le père et son meurtre, selon ses diverses présentations mythiques. Commune encore la position par Freud et Lacan, sur la question du Dieu-un, dont la place (vide) est posée comme coordonnée de la psychanalyse même, une dualité essentielle, - mais ce n'est pas la même.
Le recours à la théologie est chez Lacan plus direct : Le Nom-du Père emprunte à la religion son signifiant pour nommer le principal du Père de la psychanalyse. La question de Dieu s'aborde maintenant du double biais du Père et de l'Autre. L'épreuve du défaut de l'Autre fait d'un athéisme, dont la formule est «Dieu est inconscient» un rendez-vous de la cure.
L'étude de cette inscription paradoxale de la question de Dieu au plus intime de la cure comme au coeur de la psychanalyse comme pensée donnera des prises pour analyser, en collaboration avec d'autres orientations de pensée, philosophie, politique, histoire des religions, théologie le retour du religieux dans les formes saisissantes qu'en présente le monde contemporain, sans négliger d'interroger celui qui se fait dans ou par la psychanalyse.