image philosophie

Jean LAUXEROIS

Ancien(ne) Directeur de programme du 01/07/1992  au 30/06/1998

Direction de programme : De la ruine

Résumé : Aujourd'hui la ruine. D'antique et monumentale, elle est devenue moderne et industrielle ; signe du passé, localisable, elle s'annonce au futur, planétaire. La ruiene est à présent la figure 'elle-même ruinée) du monde et de l'histoire. Mais peut-on penser la ruine? Ne serait-elle pas l'impensable, le point aveugle de toute pensée? Il y aurait à distinguer ruine(s) et Ruine.
1) A montrer d'abord que l'invention de la ruine procède d'un oubli qui caractérise la mémoire des Temps Modernes, allégorique et mélancolique, dont la ruine est le lieu d'élection. Pour reprendre, dans cette perspective, les problématiques de l'allégorie et du symbole, du fragment et de la totalité, du musée et de la collection.
2) A prendre ensuite le chemin de Rome pour saisir là le rôle que joue cette ville référentielle dans l'imaginaire occidental, jusqu'au moment où le motif de la ruine semble s'effacer de la conscience moderne.
3) A poser alors à neuf la question de l'origine d'une telle ruine et de l'oubli qui la fonde, qui serait l'oubli de la Ruine comme origine vers quoi feraient signe une pensée de la temporalité comme Ruinanz (Heidegger) et une écriture de la ruine originaire (Beckett, Char).