AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Économie positive et économie normative chez Marx, von Mises et Friedman

Sina BADIEI

dateDate : 29/05/2020 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Annulé

nota beneInscription obligatoire sur (copier le lien dans votre navigateur)
https://form.jotformeu.com/CIPhFormulaires/inscriptions_usic

lieu Adresse : Salle Jean XXIII, USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris

Résumé :


Parmi les différentes écoles de pensée économiques, trois ont fortement influencé la forme que les recherches ont prise en économie depuis plus d’un siècle : l’École marxienne, l’École autrichienne et l’École de Chicago, celle-ci étant la représentante la plus éminente de l’École néoclassique.
Les désaccords profonds qui existent au sein de ces écoles semblent rendre tout dialogue impossible. Pourtant, si l’on analyse ces écoles non pas du point de vue de leurs théories économiques, mais du point de vue des analyses qu’elles proposent du rapport entre la description et la prescription, nous trouvons, de façon surprenante, qu’elles ont beaucoup de similarités. La distinction entre l’approche descriptive et l’approche prescriptive correspond à celle que thématise John Neville Keynes entre l’économie positive et l’économie normative : l’économie positive, en tant qu’elle se distingue de l’économie normative, consiste à s’occuper de ce qui existe, à la différence de l’économie normative qui s’occupe de ce qui doit exister.
Ce séminaire visera à étudier le rapport entre l’économie positive et l’économie normative chez les représentants les plus éminents de chacune de ces trois écoles : Karl Marx, Ludwig von Mises, et Milton Friedman. Il s’agira de proposer une étude détaillée et critique de la manière dont ces trois économistes ont pensé le rapport entre la positivité et la normativité, afin de montrer combien ils ont contribué, bien que de manière différente, à la marginalisation des approches normatives au sein de la pensée économique. Dit autrement, le séminaire visera à problématiser la manière dont ces trois économistes considèrent le développement de l’économie positive comme représentant la seule façon sérieuse de régler les désaccords normatifs.
Le séminaire tâchera donc de participer à l’élaboration et à la mise en valeur d’approches davantage normatives, et son enjeu central est de proposer un cadre théorique satisfaisant qui permettrait de régler les désaccords normatifs, indépendamment du développement très poussé de l’économie positive.
Séances avec intervenants :
- Vendredi 24 avril : Uskali Mäki, professeur en philosophie de l'économie à l'université d'Helsinki (intervention à confirmer)
- Vendredi 12 juin : Gilles Campagnolo, directeur de recherche au CNRS, membre de l'École d'économie d'Aix-Marseille

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Économie positive et économie normative chez Marx, von Mises et Friedman

Sina BADIEI

dateDate : 12/06/2020 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Annulé

nota beneInscription obligatoire sur (copier le lien dans votre navigateur)
https://form.jotformeu.com/CIPhFormulaires/inscriptions_usic

lieu Adresse : Salle Jean XXIII, USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris

Résumé :


Parmi les différentes écoles de pensée économiques, trois ont fortement influencé la forme que les recherches ont prise en économie depuis plus d’un siècle : l’École marxienne, l’École autrichienne et l’École de Chicago, celle-ci étant la représentante la plus éminente de l’École néoclassique.
Les désaccords profonds qui existent au sein de ces écoles semblent rendre tout dialogue impossible. Pourtant, si l’on analyse ces écoles non pas du point de vue de leurs théories économiques, mais du point de vue des analyses qu’elles proposent du rapport entre la description et la prescription, nous trouvons, de façon surprenante, qu’elles ont beaucoup de similarités. La distinction entre l’approche descriptive et l’approche prescriptive correspond à celle que thématise John Neville Keynes entre l’économie positive et l’économie normative : l’économie positive, en tant qu’elle se distingue de l’économie normative, consiste à s’occuper de ce qui existe, à la différence de l’économie normative qui s’occupe de ce qui doit exister.
Ce séminaire visera à étudier le rapport entre l’économie positive et l’économie normative chez les représentants les plus éminents de chacune de ces trois écoles : Karl Marx, Ludwig von Mises, et Milton Friedman. Il s’agira de proposer une étude détaillée et critique de la manière dont ces trois économistes ont pensé le rapport entre la positivité et la normativité, afin de montrer combien ils ont contribué, bien que de manière différente, à la marginalisation des approches normatives au sein de la pensée économique. Dit autrement, le séminaire visera à problématiser la manière dont ces trois économistes considèrent le développement de l’économie positive comme représentant la seule façon sérieuse de régler les désaccords normatifs.
Le séminaire tâchera donc de participer à l’élaboration et à la mise en valeur d’approches davantage normatives, et son enjeu central est de proposer un cadre théorique satisfaisant qui permettrait de régler les désaccords normatifs, indépendamment du développement très poussé de l’économie positive.
Séances avec intervenants :
- Vendredi 24 avril : Uskali Mäki, professeur en philosophie de l'économie à l'université d'Helsinki (intervention à confirmer)
- Vendredi 12 juin : Gilles Campagnolo, directeur de recherche au CNRS, membre de l'École d'économie d'Aix-Marseille

>> Partager

    image philosophie