AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Politique et société

Scènes de la division politique

Bernard ASPE et Patricia ATZEI

dateDate : 17/11/2020 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Visioconférence

nota beneLien visioconférence :
https://us02web.zoom.us/j/83150811643

lieu Adresse : La Parole errante, 9 rue François Debergue, 93100 Montreuil

Résumé :


Si, depuis une trentaine d’années, la pensée de la politique s’est confondue avec l’investigation des singularités politiques (ce que nous appelons les scènes de la conflictualité politique), il s’agit désormais d’aller plus loin. Ce qui veut dire que la question la plus pressante est désormais de comprendre de quelle manière il est possible de lier entre elles ces singularités, qu’elles soient présentes ou passées – ou même : anticipées. Deux solutions se présentent alors à nous : soit le lien est immanent aux singularités et il s’agit alors de trouver le bon axe d’interprétation. Soit il faut leur ajouter quelque chose qu’elles ne contiennent pas, afin de dessiner ce qui pourrait être, d’une part, leur articulation stratégique, d’autre part, leur horizon commun.
C’est une telle alternative que la situation actuelle impose de trancher. Par « situation actuelle », il faut désormais entendre la manière dont la dite « crise sanitaire » liée à la gestion de l’épidémie du Covid-19 a reconfiguré l’ensemble du monde. Cette situation globale se caractérise par la mise en synchronie des préoccupations de l’ensemble des peuples du monde. Une synchronie qui ne doit bien sûr pas cacher la disparité des formes par lesquelles cette crise a pu être vécue, des bidonvilles indiens aux résidences secondaires dans les campagnes européennes. Mais qui est cependant suffisamment réelle pour s’imposer comme le point de départ nécessaire de toute analyse politique.
Ce point de départ pourra être appréhendé en croisant les analyses de Foucault sur la biopolitique et les recherches contemporaines sur l’écologie. Dans les deux cas, il s’agit bien de dire que la vie est devenue l’enjeu central de la politique. Il nous faut alors comprendre plus précisément comment cet enjeu doit être pensé à la lumière de ce qui arrive aujourd’hui ; et surtout de quelle manière il nous permet de dégager un horizon commun, par-delà la singularité des scènes du conflit.

Intervenants :
- Mardi 20 octobre : Bernard Aspe (CIPh) : Thèses sur le concept de « travail »
- Mardi 17 novembre : Adrien Tournier (Librairie Michèle Firk) : Gestion pandémique : entre réaction à outrance et négligence ordinaire
- Mardi 15 décembre : Patrizia Atzei (Université Paris 8) : Politiques du vrai et discursivités scientifiques : écologie et pandémie
- Mardi 19 janvier : Benjamin Gizard : De la Grande Peste à la COVID-19 : pandémie et expérience des limites

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Politique et société

Scènes de la division politique

Bernard ASPE et Patricia ATZEI

dateDate : 15/12/2020 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Visioconférence

nota beneLien visioconférence :
https://us02web.zoom.us/j/83150811643

lieu Adresse : La Parole errante, 9 rue François Debergue, 93100 Montreuil

Résumé :


Si, depuis une trentaine d’années, la pensée de la politique s’est confondue avec l’investigation des singularités politiques (ce que nous appelons les scènes de la conflictualité politique), il s’agit désormais d’aller plus loin. Ce qui veut dire que la question la plus pressante est désormais de comprendre de quelle manière il est possible de lier entre elles ces singularités, qu’elles soient présentes ou passées – ou même : anticipées. Deux solutions se présentent alors à nous : soit le lien est immanent aux singularités et il s’agit alors de trouver le bon axe d’interprétation. Soit il faut leur ajouter quelque chose qu’elles ne contiennent pas, afin de dessiner ce qui pourrait être, d’une part, leur articulation stratégique, d’autre part, leur horizon commun.
C’est une telle alternative que la situation actuelle impose de trancher. Par « situation actuelle », il faut désormais entendre la manière dont la dite « crise sanitaire » liée à la gestion de l’épidémie du Covid-19 a reconfiguré l’ensemble du monde. Cette situation globale se caractérise par la mise en synchronie des préoccupations de l’ensemble des peuples du monde. Une synchronie qui ne doit bien sûr pas cacher la disparité des formes par lesquelles cette crise a pu être vécue, des bidonvilles indiens aux résidences secondaires dans les campagnes européennes. Mais qui est cependant suffisamment réelle pour s’imposer comme le point de départ nécessaire de toute analyse politique.
Ce point de départ pourra être appréhendé en croisant les analyses de Foucault sur la biopolitique et les recherches contemporaines sur l’écologie. Dans les deux cas, il s’agit bien de dire que la vie est devenue l’enjeu central de la politique. Il nous faut alors comprendre plus précisément comment cet enjeu doit être pensé à la lumière de ce qui arrive aujourd’hui ; et surtout de quelle manière il nous permet de dégager un horizon commun, par-delà la singularité des scènes du conflit.

Intervenants :
- Mardi 20 octobre : Bernard Aspe (CIPh) : Thèses sur le concept de « travail »
- Mardi 17 novembre : Adrien Tournier (Librairie Michèle Firk) : Gestion pandémique : entre réaction à outrance et négligence ordinaire
- Mardi 15 décembre : Patrizia Atzei (Université Paris 8) : Politiques du vrai et discursivités scientifiques : écologie et pandémie
- Mardi 19 janvier : Benjamin Gizard : De la Grande Peste à la COVID-19 : pandémie et expérience des limites

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Politique et société

Scènes de la division politique

Bernard ASPE et Patricia ATZEI

dateDate : 19/01/2021 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Visioconférence

nota beneLien visioconférence :
https://us02web.zoom.us/j/83150811643

lieu Adresse : La Parole errante, 9 rue François Debergue, 93100 Montreuil

Résumé :


Si, depuis une trentaine d’années, la pensée de la politique s’est confondue avec l’investigation des singularités politiques (ce que nous appelons les scènes de la conflictualité politique), il s’agit désormais d’aller plus loin. Ce qui veut dire que la question la plus pressante est désormais de comprendre de quelle manière il est possible de lier entre elles ces singularités, qu’elles soient présentes ou passées – ou même : anticipées. Deux solutions se présentent alors à nous : soit le lien est immanent aux singularités et il s’agit alors de trouver le bon axe d’interprétation. Soit il faut leur ajouter quelque chose qu’elles ne contiennent pas, afin de dessiner ce qui pourrait être, d’une part, leur articulation stratégique, d’autre part, leur horizon commun.
C’est une telle alternative que la situation actuelle impose de trancher. Par « situation actuelle », il faut désormais entendre la manière dont la dite « crise sanitaire » liée à la gestion de l’épidémie du Covid-19 a reconfiguré l’ensemble du monde. Cette situation globale se caractérise par la mise en synchronie des préoccupations de l’ensemble des peuples du monde. Une synchronie qui ne doit bien sûr pas cacher la disparité des formes par lesquelles cette crise a pu être vécue, des bidonvilles indiens aux résidences secondaires dans les campagnes européennes. Mais qui est cependant suffisamment réelle pour s’imposer comme le point de départ nécessaire de toute analyse politique.
Ce point de départ pourra être appréhendé en croisant les analyses de Foucault sur la biopolitique et les recherches contemporaines sur l’écologie. Dans les deux cas, il s’agit bien de dire que la vie est devenue l’enjeu central de la politique. Il nous faut alors comprendre plus précisément comment cet enjeu doit être pensé à la lumière de ce qui arrive aujourd’hui ; et surtout de quelle manière il nous permet de dégager un horizon commun, par-delà la singularité des scènes du conflit.

Intervenants :
- Mardi 20 octobre : Bernard Aspe (CIPh) : Thèses sur le concept de « travail »
- Mardi 17 novembre : Adrien Tournier (Librairie Michèle Firk) : Gestion pandémique : entre réaction à outrance et négligence ordinaire
- Mardi 15 décembre : Patrizia Atzei (Université Paris 8) : Politiques du vrai et discursivités scientifiques : écologie et pandémie
- Mardi 19 janvier : Benjamin Gizard : De la Grande Peste à la COVID-19 : pandémie et expérience des limites

>> Partager

    image philosophie