AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Éducation

L'enseignement supérieur en Europe : matières et manières

Carlo CAPPA

dateDate : 11/05/2021 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota benehttps://us02web.zoom.us/j/88636898451

lieu Adresse : Lien Zoom à copier dans votre navigateur

Résumé : Séminaire organisé avec le Centro sull’Umanesimo Contemporaneo – Palazzo Strozzi – Florence, Italie ; le Doctorat Beni culturali, Formazione e Territorio, Université de Rome « Tor Vergata » ; le CESE (Comparative Education Society in Europe) ; la SICESE (Sezione Italiana della Comparative Education Society in Europe) ; la Bibliothèque « Vallicelliana » de Rome ; et en collaboration avec le Gruppo di Studi comparativi in educazione – SIPED (Società Italiana di Pedagogia), le Département de Storia, Patrimonio culturale, Formazione e Società, université de Rome « Tor Vergata ».


À partir des résultats des années précédentes, le séminaire de cette année visera à examiner la tension entre deux éléments qui sont toujours présents dans les idéaux d’université en Europe : d’une part la transmission de contenus et de notions des différents savoirs et, d’autre part, l’acquisition d’un habitus propre au citoyen. Les équilibres de ces éléments ont contribué à déterminer les profils de toutes les réformes qui se sont succédé au fil des siècles. La proposition du séminaire est d’utiliser cette tension en tant que principe herméneutique pour saisir le développement de l’enseignement supérieur et pour comprendre, face à la situation actuelle marquée par une complexité nouvelle, la vitalité possible des idéaux élaborés par les humanités.
Dans les deux grandes idées d’université qui ont caractérisé le XIXe siècle, le projet ambitieux de Wilhem von Humboldt et les généreuses aspirations du cardinal Newman, on peut bien lire les permanences et les transformations des idéaux précédents : le caractère universel de l’enseignement supérieur est préservé par l’État et par une société où les individus « formés » par l’université seront citoyens avisés. Dans les pages de Weber, bien que sur une note tragique, on peut lire la conviction d’une possibilité d’émancipation enracinée dans une étude méthodique, qui est la marque de l’université.
Pendant le siècle dernier, les transformations de l’enseignement supérieur ont créé un scénario où les matières sont dissociées des manières : les premières sont éparpillées et technicisées, les deuxièmes sont repoussées dans des compétences transversales d’une nature différente. Quelle place accorde-t-on à l’héritage d’un humanisme critique et civil ?
Les activités du séminaire seront organisées en partie dans le cadre de la convention L’Humanisme et l’Europe. Traditions et changements de notre identité, entre le CIPh et plusieurs institutions italiennes, qui se propose comme chantier ouvert pour saisir les enjeux interdisciplinaires de l’Humanisme dans le scénario actuel de la culture européenne.
Intervenants :
- Vendredi 19 mars (Rome) : Carlo Cappa : Lieux et manières du savoir. Académies, universités et l’humanisme querelleur

- Mardi 11 mai : Carlo Cappa : Les idées d’université : continuités, différences, conflits

- Vendredi 14 mai : Donatella Palomba, Carlo Cappa : Université, internationalité, cosmopolitisme : « Le meilleur des mondes » ou « contraintes  des pouvoirs » ?

- Vendredi 21 mai : Stéphane Bauzon, Carlo Cappa : Le temps long de l’Université : un défi à l’engouement actuel pour la vitesse

- Vendredi 25 juin (Rome) : Carlo Cappa, Marc Goldschmit, Andrea Lombardinilo, Paola Paesano, Pasquale Terracciano : Université, institutions culturelles, et société : l’avenir d’une Europe possible ?

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Éducation

L'enseignement supérieur en Europe : matières et manières

Carlo CAPPA

dateDate : 14/05/2021 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota benehttps://us02web.zoom.us/j/88636898451

lieu Adresse : Lien Zoom à copier dans votre navigateur

Résumé : Séminaire organisé avec le Centro sull’Umanesimo Contemporaneo – Palazzo Strozzi – Florence, Italie ; le Doctorat Beni culturali, Formazione e Territorio, Université de Rome « Tor Vergata » ; le CESE (Comparative Education Society in Europe) ; la SICESE (Sezione Italiana della Comparative Education Society in Europe) ; la Bibliothèque « Vallicelliana » de Rome ; et en collaboration avec le Gruppo di Studi comparativi in educazione – SIPED (Società Italiana di Pedagogia), le Département de Storia, Patrimonio culturale, Formazione e Società, université de Rome « Tor Vergata ».


À partir des résultats des années précédentes, le séminaire de cette année visera à examiner la tension entre deux éléments qui sont toujours présents dans les idéaux d’université en Europe : d’une part la transmission de contenus et de notions des différents savoirs et, d’autre part, l’acquisition d’un habitus propre au citoyen. Les équilibres de ces éléments ont contribué à déterminer les profils de toutes les réformes qui se sont succédé au fil des siècles. La proposition du séminaire est d’utiliser cette tension en tant que principe herméneutique pour saisir le développement de l’enseignement supérieur et pour comprendre, face à la situation actuelle marquée par une complexité nouvelle, la vitalité possible des idéaux élaborés par les humanités.
Dans les deux grandes idées d’université qui ont caractérisé le XIXe siècle, le projet ambitieux de Wilhem von Humboldt et les généreuses aspirations du cardinal Newman, on peut bien lire les permanences et les transformations des idéaux précédents : le caractère universel de l’enseignement supérieur est préservé par l’État et par une société où les individus « formés » par l’université seront citoyens avisés. Dans les pages de Weber, bien que sur une note tragique, on peut lire la conviction d’une possibilité d’émancipation enracinée dans une étude méthodique, qui est la marque de l’université.
Pendant le siècle dernier, les transformations de l’enseignement supérieur ont créé un scénario où les matières sont dissociées des manières : les premières sont éparpillées et technicisées, les deuxièmes sont repoussées dans des compétences transversales d’une nature différente. Quelle place accorde-t-on à l’héritage d’un humanisme critique et civil ?
Les activités du séminaire seront organisées en partie dans le cadre de la convention L’Humanisme et l’Europe. Traditions et changements de notre identité, entre le CIPh et plusieurs institutions italiennes, qui se propose comme chantier ouvert pour saisir les enjeux interdisciplinaires de l’Humanisme dans le scénario actuel de la culture européenne.
Intervenants :
- Vendredi 19 mars (Rome) : Carlo Cappa : Lieux et manières du savoir. Académies, universités et l’humanisme querelleur

- Mardi 11 mai : Carlo Cappa : Les idées d’université : continuités, différences, conflits

- Vendredi 14 mai : Donatella Palomba, Carlo Cappa : Université, internationalité, cosmopolitisme : « Le meilleur des mondes » ou « contraintes  des pouvoirs » ?

- Vendredi 21 mai : Stéphane Bauzon, Carlo Cappa : Le temps long de l’Université : un défi à l’engouement actuel pour la vitesse

- Vendredi 25 juin (Rome) : Carlo Cappa, Marc Goldschmit, Andrea Lombardinilo, Paola Paesano, Pasquale Terracciano : Université, institutions culturelles, et société : l’avenir d’une Europe possible ?

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Éducation

L'enseignement supérieur en Europe : matières et manières

Carlo CAPPA

dateDate : 21/05/2021 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota benehttps://us02web.zoom.us/j/88636898451

lieu Adresse : Lien Zoom à copier dans votre navigateur

Résumé : Séminaire organisé avec le Centro sull’Umanesimo Contemporaneo – Palazzo Strozzi – Florence, Italie ; le Doctorat Beni culturali, Formazione e Territorio, Université de Rome « Tor Vergata » ; le CESE (Comparative Education Society in Europe) ; la SICESE (Sezione Italiana della Comparative Education Society in Europe) ; la Bibliothèque « Vallicelliana » de Rome ; et en collaboration avec le Gruppo di Studi comparativi in educazione – SIPED (Società Italiana di Pedagogia), le Département de Storia, Patrimonio culturale, Formazione e Società, université de Rome « Tor Vergata ».


À partir des résultats des années précédentes, le séminaire de cette année visera à examiner la tension entre deux éléments qui sont toujours présents dans les idéaux d’université en Europe : d’une part la transmission de contenus et de notions des différents savoirs et, d’autre part, l’acquisition d’un habitus propre au citoyen. Les équilibres de ces éléments ont contribué à déterminer les profils de toutes les réformes qui se sont succédé au fil des siècles. La proposition du séminaire est d’utiliser cette tension en tant que principe herméneutique pour saisir le développement de l’enseignement supérieur et pour comprendre, face à la situation actuelle marquée par une complexité nouvelle, la vitalité possible des idéaux élaborés par les humanités.
Dans les deux grandes idées d’université qui ont caractérisé le XIXe siècle, le projet ambitieux de Wilhem von Humboldt et les généreuses aspirations du cardinal Newman, on peut bien lire les permanences et les transformations des idéaux précédents : le caractère universel de l’enseignement supérieur est préservé par l’État et par une société où les individus « formés » par l’université seront citoyens avisés. Dans les pages de Weber, bien que sur une note tragique, on peut lire la conviction d’une possibilité d’émancipation enracinée dans une étude méthodique, qui est la marque de l’université.
Pendant le siècle dernier, les transformations de l’enseignement supérieur ont créé un scénario où les matières sont dissociées des manières : les premières sont éparpillées et technicisées, les deuxièmes sont repoussées dans des compétences transversales d’une nature différente. Quelle place accorde-t-on à l’héritage d’un humanisme critique et civil ?
Les activités du séminaire seront organisées en partie dans le cadre de la convention L’Humanisme et l’Europe. Traditions et changements de notre identité, entre le CIPh et plusieurs institutions italiennes, qui se propose comme chantier ouvert pour saisir les enjeux interdisciplinaires de l’Humanisme dans le scénario actuel de la culture européenne.
Intervenants :
- Vendredi 19 mars (Rome) : Carlo Cappa : Lieux et manières du savoir. Académies, universités et l’humanisme querelleur

- Mardi 11 mai : Carlo Cappa : Les idées d’université : continuités, différences, conflits

- Vendredi 14 mai : Donatella Palomba, Carlo Cappa : Université, internationalité, cosmopolitisme : « Le meilleur des mondes » ou « contraintes  des pouvoirs » ?

- Vendredi 21 mai : Stéphane Bauzon, Carlo Cappa : Le temps long de l’Université : un défi à l’engouement actuel pour la vitesse

- Vendredi 25 juin (Rome) : Carlo Cappa, Marc Goldschmit, Andrea Lombardinilo, Paola Paesano, Pasquale Terracciano : Université, institutions culturelles, et société : l’avenir d’une Europe possible ?

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Éducation

L'enseignement supérieur en Europe : matières et manières

Carlo CAPPA

dateDate : 25/06/2021 heure Début : 9h30 -> Fin : 13h30  O.K.

nota beneCopier le lien dans votre navigateur :
https://us02web.zoom.us/j/88636898451

lieu Adresse : Salle Borromini, Biblioteca Vallicelliana, place de la Chiesa Nuova, 18, 00186, Rome (Italie)

Résumé : Séminaire organisé avec le Centro sull’Umanesimo Contemporaneo – Palazzo Strozzi – Florence, Italie ; le Doctorat Beni culturali, Formazione e Territorio, Université de Rome « Tor Vergata » ; le CESE (Comparative Education Society in Europe) ; la SICESE (Sezione Italiana della Comparative Education Society in Europe) ; la Bibliothèque « Vallicelliana » de Rome ; et en collaboration avec le Gruppo di Studi comparativi in educazione – SIPED (Società Italiana di Pedagogia), le Département de Storia, Patrimonio culturale, Formazione e Società, université de Rome « Tor Vergata ».


À partir des résultats des années précédentes, le séminaire de cette année visera à examiner la tension entre deux éléments qui sont toujours présents dans les idéaux d’université en Europe : d’une part la transmission de contenus et de notions des différents savoirs et, d’autre part, l’acquisition d’un habitus propre au citoyen. Les équilibres de ces éléments ont contribué à déterminer les profils de toutes les réformes qui se sont succédé au fil des siècles. La proposition du séminaire est d’utiliser cette tension en tant que principe herméneutique pour saisir le développement de l’enseignement supérieur et pour comprendre, face à la situation actuelle marquée par une complexité nouvelle, la vitalité possible des idéaux élaborés par les humanités.
Dans les deux grandes idées d’université qui ont caractérisé le XIXe siècle, le projet ambitieux de Wilhem von Humboldt et les généreuses aspirations du cardinal Newman, on peut bien lire les permanences et les transformations des idéaux précédents : le caractère universel de l’enseignement supérieur est préservé par l’État et par une société où les individus « formés » par l’université seront citoyens avisés. Dans les pages de Weber, bien que sur une note tragique, on peut lire la conviction d’une possibilité d’émancipation enracinée dans une étude méthodique, qui est la marque de l’université.
Pendant le siècle dernier, les transformations de l’enseignement supérieur ont créé un scénario où les matières sont dissociées des manières : les premières sont éparpillées et technicisées, les deuxièmes sont repoussées dans des compétences transversales d’une nature différente. Quelle place accorde-t-on à l’héritage d’un humanisme critique et civil ?
Les activités du séminaire seront organisées en partie dans le cadre de la convention L’Humanisme et l’Europe. Traditions et changements de notre identité, entre le CIPh et plusieurs institutions italiennes, qui se propose comme chantier ouvert pour saisir les enjeux interdisciplinaires de l’Humanisme dans le scénario actuel de la culture européenne.
Intervenants :
- Vendredi 19 mars (Rome) : Carlo Cappa : Lieux et manières du savoir. Académies, universités et l’humanisme querelleur

- Mardi 11 mai : Carlo Cappa : Les idées d’université : continuités, différences, conflits

- Vendredi 14 mai : Donatella Palomba, Carlo Cappa : Université, internationalité, cosmopolitisme : « Le meilleur des mondes » ou « contraintes  des pouvoirs » ?

- Vendredi 21 mai : Stéphane Bauzon, Carlo Cappa : Le temps long de l’Université : un défi à l’engouement actuel pour la vitesse

- Vendredi 25 juin (Rome) : Carlo Cappa, Marc Goldschmit, Andrea Lombardinilo, Paola Paesano, Pasquale Terracciano : Université, institutions culturelles, et société : l’avenir d’une Europe possible ?

>> Partager

    image philosophie