AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Forum 

Science et philosophie

Guillaume ARTOUS-BOUVET

dateDate : 16/01/2021 heure Début : 14h30 -> Fin : 17h  O.K.

nota beneSuivre en direct : https://www.youtube.com/c/CiteDesSciences/featured

lieu Adresse : Auditorium, Cité des sciences et de l'industrie, 30 avenue Corentin Cariou, 75019 Paris

Résumé : Cycle organisé en partenariat avec la Cité des sciences et de l’industrie.


Le Collège international de philosophie et la Cité des sciences et de l’industrie organisent chaque année des rencontres réunissant des philosophes et des scientifiques autour de problèmes qui croisent ou fondent leurs recherches. Deux séances thématiques, ouvertes à tout public, sont consacrées aux notions au programme des concours des classes préparatoires aux grandes écoles scientifiques et commerciales.

Programme :

Samedi 12 décembre : L’animal
Le Collège international de philosophie et la Cité des sciences et de l’industrie invitent les classes préparatoires commerciales à une séance spécialement conçue autour de l’animal.

Que l’Homme puisse se comprendre, dès le moment aristotélicien, comme « zôon logicon », c’est-à-dire animal tout à la fois parlant et raisonnant, voilà qui pourrait bien marquer la double problématique du thème de l’animal : l’animal est, inséparablement, le même et l’autre de l’Homme.
Le même – car l’animalité, en son « animation » (anima) essentielle, se comprend moins désormais comme une identité extra ou infra-humaine que comme une multiplicité arborescente de formes de vie, travaillée par des dynamiques d’évolution et de métamorphose, à l’intérieur desquelles l’Homme doit accepter de s’inscrire.
L’autre – car l’Homme, quels que soient ses rêves de comprendre et de domestiquer l’animal en lui et hors de lui, doit reconnaître aux animaux, dans leur pluralité irréductible, une inaliénable particularité. La thèse de l’exception humaine laisse donc place à celle des singularités animales, qu’il faut penser à nouveaux frais.

avec :
Eric Baratay, professeur d'histoire contemporaine, université Jean Moulin, Lyon 3.
Florence Burgat, philosophe, directrice de recherche à l'Institut national de la recherche agronomique. Elle s'intéresse particulièrement à la vie animale, à la condition animale, au droit animalier.
Fabienne Delfour, éthologue, chercheuse associée au Laboratoire d'Ethologie Expérimentale et Comparée de l'université Sorbonne Paris Nord. Spécialisée en éthologie et cognition animale et en bien-être animal.
Rencontre animée par Catherine Portevin (chef de la rubrique Livres de Philosophie Magazine).

Accès gratuit sur inscription par courriel jusqu’au 9 décembre : conferences[a]universcience.fr
Réservation indispensable pour les groupes en précisant le nom et l’adresse de l’établissement, le nom et le téléphone du professeur, ainsi que le nombre de places souhaitées.

Samedi 16 janvier : La force de vivre
Le Collège international de philosophie et la Cité des sciences et de l’industrie invitent les classes préparatoires scientifiques à une séance spécialement conçue sur le thème de la force de vivre et sur les œuvres à leur programme : Svetlana Alexievitch, La Supplication ; Friedrich Nietzsche, Le Gai savoir ; Victor Hugo, Les Contemplations.

La formule au programme peut s’entendre deux fois : une première fois au sens, hanté par un certain vitalisme, ou vivre serait une force. C’est alors la « vie » même qui en nous agirait comme une force (de vie), nous permettant de persévérer dans l’existence. N’est-ce pas ce que semble suggérer Nietzsche lorsqu’il écrit que « partout » où il a « trouvé du vivant », il a « trouvé de la volonté de puissance »?
Une seconde fois, au sens où vivre dépendrait d’une force : vivre alors n’irait plus de soi, et la force y viendrait conjurer la possibilité toujours brûlante d’une destruction. Il n’y aurait dès lors « force de vivre » qu’au sens de l’effort incessant d’une vie sans cesse menacée par le déclin ou l’effondrement.
Svetlana Aleksievitch, dans La Supplication, aura ainsi témoigné de ce qu’il faut de force pour survivre à la catastrophe. Victor Hugo quant à lui aura cherché, dans Les Contemplations, à transfigurer la rigidité des formes poétiques traditionnelles afin de les affecter d’une force qui soit celle même de la vie.

avec :
Guillaume Métayer, chargé de recherche au CNRS, membre du Centre d'étude de la langue et de la littérature françaises des XVIIe et XVIIIe siècles (CELLF).
Esther Pinon, maître de conférences en littérature française du XIXe, université Rennes 2.
Frédéric Worms, philosophe, professeur de philosophie contemporaine, ENS.
Rencontre animée par Catherine Portevin, chef de la rubrique Livres de Philosophie Magazine.

Accès gratuit sur inscription par courrier jusqu'au 13 janvier : conferences[a]universcience.fr
Réservation indispensable pour les groupes en précisant le nom et l'adresse de l'établissement, le nom et le téléphone du professeur, ainsi que le nombre de places souhaitées.

La jauge en salle est réduite de moitié, soit 180 personnes. Le port du masque est obligatoire. Du gel hydroalcoolique est à disposition notamment aux abords de la salle.




>> Partager

    image philosophie