AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Colloque Philosophie/Arts et littérature

Écouter, écrire la résonance : entre musique et philosophie

Alexandre CHÈVREMONT, Céline HERVET et Muriel JOUBERT

dateDate : 14/01/2021 heure Début : 9h -> Fin : 17h30  Annulé

lieu Adresse : Salle polyvalente, Université Lyon 2 - Département de musique et musicologie, 3 rue Rachais, 69003 Lyon

Résumé : Colloque organisé avec le soutien de Passages XX-XXI (EA 4160 - université Lumière Lyon 2), de l’IRHIM (UMR 5317), du GRHIS (EA 3831 - université de Rouen), de la DRED et du département de musicologie de l'université Lumière Lyon 2.


La notion de résonance, enjeu central à la fois dans les réflexions sur le son et dans les productions sonores actuelles, convoque deux disciplines qui marqueront les orientations de ce colloque : la musicologie et la philosophie. « On dit qu’il y a résonance lorsqu’un corps, soumis à l’influence d’un autre corps en vibration, entre lui-même en vibration » (Robert Tanner). La résonance, pour les physiciens, ne s’entend pas exclusivement du domaine acoustique, et suppose deux corps susceptibles d’accorder leurs fréquences, ce qui exclut de confondre la question de la résonance avec la théorie des harmoniques ou des sons partiels émis par un seul son fondamental en vibration. Le colloque se centrera néanmoins sur la dimension acoustique de la résonance (ce qui n’exclut pas d’englober ses autres aspects), non seulement pour favoriser l’approche musicologique et compositionnelle du problème, mais pour interroger le sens usuel de « résonner » en tant que « renvoyer le son, retentir » (Littré). On s’efforcera notamment de distinguer « retentir », « réverbérer », « résonner ».
Une « sociologie de la relation au monde » (Hartmut Rosa), fondée sur le concept de résonance, fera l’objet d’un examen critique, lequel se fondera sur l’historique du concept et son usage dans différents champs épistémiques. Le volet musicologique de la réflexion prendra appui sur une définition de la résonance comme flux sonore qui suit l’excitation et l’impulsion, dont les ondes se propagent dans un milieu marqué par différents degrés de réverbération. La résonance tient ainsi à la fois compte du flux spectral – l’une des trois catégories du timbre selon John Grey et Stephen McAdams – et de l’espace de propagation qui l’accueille, « qui lui donne une certaine qualité de hic et nunc » (Jean-François Augoyard), et qui est à même de l’enrichir, dans sa densité sonore et dans sa durée temporelle. La résonance concourt ainsi à relier fortement l’espace au temps, conjonction qui se situe au centre du geste compositionnel ou de l’acte d’écouter.
Ce colloque fera l'objet d'un programme détaillé avec la liste des intervenants.

>> Partager

    image philosophie

Colloque Philosophie/Arts et littérature

Écouter, écrire la résonance : entre musique et philosophie

Alexandre CHÈVREMONT, Céline HERVET et Muriel JOUBERT

dateDate : 15/01/2021 heure Début : 9h -> Fin : 17h30  Annulé

lieu Adresse : Salle polyvalente, Université Lyon 2 - Département de musique et musicologie, 3 rue Rachais, 69003 Lyon

Résumé : Colloque organisé avec le soutien de Passages XX-XXI (EA 4160 - université Lumière Lyon 2), de l’IRHIM (UMR 5317), du GRHIS (EA 3831 - université de Rouen), de la DRED et du département de musicologie de l'université Lumière Lyon 2.


La notion de résonance, enjeu central à la fois dans les réflexions sur le son et dans les productions sonores actuelles, convoque deux disciplines qui marqueront les orientations de ce colloque : la musicologie et la philosophie. « On dit qu’il y a résonance lorsqu’un corps, soumis à l’influence d’un autre corps en vibration, entre lui-même en vibration » (Robert Tanner). La résonance, pour les physiciens, ne s’entend pas exclusivement du domaine acoustique, et suppose deux corps susceptibles d’accorder leurs fréquences, ce qui exclut de confondre la question de la résonance avec la théorie des harmoniques ou des sons partiels émis par un seul son fondamental en vibration. Le colloque se centrera néanmoins sur la dimension acoustique de la résonance (ce qui n’exclut pas d’englober ses autres aspects), non seulement pour favoriser l’approche musicologique et compositionnelle du problème, mais pour interroger le sens usuel de « résonner » en tant que « renvoyer le son, retentir » (Littré). On s’efforcera notamment de distinguer « retentir », « réverbérer », « résonner ».
Une « sociologie de la relation au monde » (Hartmut Rosa), fondée sur le concept de résonance, fera l’objet d’un examen critique, lequel se fondera sur l’historique du concept et son usage dans différents champs épistémiques. Le volet musicologique de la réflexion prendra appui sur une définition de la résonance comme flux sonore qui suit l’excitation et l’impulsion, dont les ondes se propagent dans un milieu marqué par différents degrés de réverbération. La résonance tient ainsi à la fois compte du flux spectral – l’une des trois catégories du timbre selon John Grey et Stephen McAdams – et de l’espace de propagation qui l’accueille, « qui lui donne une certaine qualité de hic et nunc » (Jean-François Augoyard), et qui est à même de l’enrichir, dans sa densité sonore et dans sa durée temporelle. La résonance concourt ainsi à relier fortement l’espace au temps, conjonction qui se situe au centre du geste compositionnel ou de l’acte d’écouter.
Ce colloque fera l'objet d'un programme détaillé avec la liste des intervenants.

>> Partager

    image philosophie