AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Éducation

L'institution du peuple : éducation, irrationalité et thérapeutique

Christophe ANGEBAULT

dateDate : 13/04/2022 heure Début : 17h30 -> Fin : 19h30  Hybride

nota benehttps://us02web.zoom.us/my/christophe.angebault

lieu Adresse : Salle 3.01, Campus Condorcet, centre de colloques, Place du Front populaire, 93322 Aubervilliers cedex

Résumé : Séminaire organisé dans le cadre de la convention avec le Campus Condorcet.


Depuis quatre ans, ce séminaire étudie le projet moderne d’une « institution du peuple » par l’éducation scolaire, dans la perspective du processus de l’« institution imaginaire de la société » qu’a analysée C. Castoriadis. La notion de « peuple souverain » s’est construite comme un imaginaire instituant de ce type, et la fonction mythique de l’« instituteur » républicain peut être vue comme une tentative d’instituer un peuple qui soit sujet rationnel de la démocratie.
Mais une part irréductible d’irrationalité résiste à cette ambition prométhéenne : d’abord parce que le peuple reste duel, sa part éduquée étant opposée sans fin à l’irrationalité et au débordement passionnel des masses ; mais aussi parce que des fractions réputées marginales ou anormales du peuple semblent réfractaires à l’entreprise éducative malgré toutes les tentatives de l’éducation spécialisée de créer des dispositifs adaptés aux « inéducables ». L’irrationalité se loge également au cœur des savoirs enseignés, quand il s’agit d’assumer dans les programmes scolaires les grandes apories du rationalisme moderne : la violence dans l’Histoire, le bouleversement épistémologique des sciences, ou la crise écologique qui suit la maîtrise technologique de la nature. Enfin, le problème est fondamentalement celui de l’irrationalité des systèmes éducatifs modernes et de leur idéal de rationalisation, qu’on cherche à conjurer par l’obsession économétrique et le contrôle managérial.
Notre hypothèse sera donc que l’écart grandissant entre l’ambition rationaliste du projet éducatif moderne et la multiplication des lignes d’aporie qui la démentent est très profondément pathogène, tant au niveau individuel qu’au niveau social, productrice de dérèglements et de pathologies qui s'ajoutent à la crise des systèmes éducatifs. C. Castoriadis soulignait le lien étroit qui existe entre praxis éducative, praxis thérapeutique et praxis politique : il faudrait pouvoir penser les conditions d’une thérapeutique éducative qui assume d’interroger la pathogénèse individuelle et collective des systèmes éducatifs et son lien avec la crise politique de la démocratie.

La liste des intervenants sera précisée ultérieurement.

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Éducation

L'institution du peuple : éducation, irrationalité et thérapeutique

Christophe ANGEBAULT

dateDate : 19/05/2022 heure Début : 20h15 -> Fin : 22h15  Hybride

nota benehttps://us02web.zoom.us/my/christophe.angebault

lieu Adresse : USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris. Inscription obligatoire sur https://form.jotform.com/CIPhFormulaires/usic_acces

Résumé : Séminaire organisé dans le cadre de la convention avec le Campus Condorcet.


Depuis quatre ans, ce séminaire étudie le projet moderne d’une « institution du peuple » par l’éducation scolaire, dans la perspective du processus de l’« institution imaginaire de la société » qu’a analysée C. Castoriadis. La notion de « peuple souverain » s’est construite comme un imaginaire instituant de ce type, et la fonction mythique de l’« instituteur » républicain peut être vue comme une tentative d’instituer un peuple qui soit sujet rationnel de la démocratie.
Mais une part irréductible d’irrationalité résiste à cette ambition prométhéenne : d’abord parce que le peuple reste duel, sa part éduquée étant opposée sans fin à l’irrationalité et au débordement passionnel des masses ; mais aussi parce que des fractions réputées marginales ou anormales du peuple semblent réfractaires à l’entreprise éducative malgré toutes les tentatives de l’éducation spécialisée de créer des dispositifs adaptés aux « inéducables ». L’irrationalité se loge également au cœur des savoirs enseignés, quand il s’agit d’assumer dans les programmes scolaires les grandes apories du rationalisme moderne : la violence dans l’Histoire, le bouleversement épistémologique des sciences, ou la crise écologique qui suit la maîtrise technologique de la nature. Enfin, le problème est fondamentalement celui de l’irrationalité des systèmes éducatifs modernes et de leur idéal de rationalisation, qu’on cherche à conjurer par l’obsession économétrique et le contrôle managérial.
Notre hypothèse sera donc que l’écart grandissant entre l’ambition rationaliste du projet éducatif moderne et la multiplication des lignes d’aporie qui la démentent est très profondément pathogène, tant au niveau individuel qu’au niveau social, productrice de dérèglements et de pathologies qui s'ajoutent à la crise des systèmes éducatifs. C. Castoriadis soulignait le lien étroit qui existe entre praxis éducative, praxis thérapeutique et praxis politique : il faudrait pouvoir penser les conditions d’une thérapeutique éducative qui assume d’interroger la pathogénèse individuelle et collective des systèmes éducatifs et son lien avec la crise politique de la démocratie.

La liste des intervenants sera précisée ultérieurement.

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Éducation

L'institution du peuple : éducation, irrationalité et thérapeutique

Christophe ANGEBAULT

dateDate : 02/06/2022 heure Début : 20h15 -> Fin : 22h15  Hybride

nota benehttps://us02web.zoom.us/my/christophe.angebault

lieu Adresse : USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris. Inscription obligatoire sur https://form.jotform.com/CIPhFormulaires/usic_acces

Résumé : Séminaire organisé dans le cadre de la convention avec le Campus Condorcet.


Depuis quatre ans, ce séminaire étudie le projet moderne d’une « institution du peuple » par l’éducation scolaire, dans la perspective du processus de l’« institution imaginaire de la société » qu’a analysée C. Castoriadis. La notion de « peuple souverain » s’est construite comme un imaginaire instituant de ce type, et la fonction mythique de l’« instituteur » républicain peut être vue comme une tentative d’instituer un peuple qui soit sujet rationnel de la démocratie.
Mais une part irréductible d’irrationalité résiste à cette ambition prométhéenne : d’abord parce que le peuple reste duel, sa part éduquée étant opposée sans fin à l’irrationalité et au débordement passionnel des masses ; mais aussi parce que des fractions réputées marginales ou anormales du peuple semblent réfractaires à l’entreprise éducative malgré toutes les tentatives de l’éducation spécialisée de créer des dispositifs adaptés aux « inéducables ». L’irrationalité se loge également au cœur des savoirs enseignés, quand il s’agit d’assumer dans les programmes scolaires les grandes apories du rationalisme moderne : la violence dans l’Histoire, le bouleversement épistémologique des sciences, ou la crise écologique qui suit la maîtrise technologique de la nature. Enfin, le problème est fondamentalement celui de l’irrationalité des systèmes éducatifs modernes et de leur idéal de rationalisation, qu’on cherche à conjurer par l’obsession économétrique et le contrôle managérial.
Notre hypothèse sera donc que l’écart grandissant entre l’ambition rationaliste du projet éducatif moderne et la multiplication des lignes d’aporie qui la démentent est très profondément pathogène, tant au niveau individuel qu’au niveau social, productrice de dérèglements et de pathologies qui s'ajoutent à la crise des systèmes éducatifs. C. Castoriadis soulignait le lien étroit qui existe entre praxis éducative, praxis thérapeutique et praxis politique : il faudrait pouvoir penser les conditions d’une thérapeutique éducative qui assume d’interroger la pathogénèse individuelle et collective des systèmes éducatifs et son lien avec la crise politique de la démocratie.

La liste des intervenants sera précisée ultérieurement.

>> Partager

    image philosophie