AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Actualité de Deleuze & Guattari (VI). Logiques, devenirs et dehors du capitalisme

Quentin BADAIRE et Jérôme ROSANVALLON

dateDate : 09/05/2022 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Hybride

nota beneCopier le lien dans votre navigateur : https://us02web.zoom.us/my/jerome.rosanvallon

lieu Adresse : Salle non accessible aux personnes à mobilité réduite, USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris. Inscription obligatoire sur https://form.jotform.com/CIPhFormulaires/usic_acces

Résumé : Séminaire organisé en collaboration avec les Archives Husserl - Pays germaniques UMR 8547.


L’actualité de la philosophie que Gilles Deleuze et Félix Guattari ont élaborée de 1972 à 1991 est plus brûlante que jamais. De la métaphysique pure à la géopolitique contemporaine, il n’est aucun domaine de réalité dont ils n’ont ressaisi ou anticipé les révolutions passées ou à venir. Mettre en lumière leur avance partout persistante est l’objet précis de ce séminaire.
Ces trois dernières années ont été consacrées à l’analyse de la « stratification anthropomorphe » ou « histoire universelle » qu’ils caractérisent de façon triplement nouvelle : 1/ en la situant en-deçà du partage nature/culture ; 2/ en lui donnant pour objet les flux de toute nature et leur double versant, technique et symbolique, plan du « contenu » et de l’« expression » ; 3/ en reconnaissant sa non-linéarité et sa contingence, les formations sociales qui la constituent se déployant simultanément selon différents « seuils de déterritorialisation ».
Après avoir retracé les genèses contingentes de l’État archaïque et du capitalisme, il nous reste à présent à envisager leur devenir propre – le capitalisme, défini par Deleuze & Guattari comme « axiomatique des flux décodés », s’inventant en inventant par là-même les États modernes, « modèles de réalisation » polymorphes de cette axiomatique. Lui-même en constante évolution, le capitalisme (d’abord marchand, puis industriel, financier, et aujourd’hui numérique ou « de surveillance »), déploie sous diverses formes que manifestent ces couches successives superposées, une seule et même logique décrite par Marx sous le nom de plus-value. La force de Deleuze & Guattari est de refonder cette théorie marxiste de la plus-value (et de sa capture) en en montrant l’insuffisance – à l’aide notamment des travaux de l’économiste Bernard Schmitt. De quoi et de qui le « capitalisme mondial intégré » (nommé ainsi par Guattari en ce « qu’il entend surcoder et contrôler » toutes les activités humaines) extorque-t-il une plus-value ? Quelles nouvelles formes prend-elle au XXIe siècle et à quelles limites celles-ci se heurtent-elles ? Nous verrons ainsi comment le capitalisme contribue paradoxalement à rendre possible ce qui échappe au moins en partie à sa logique.
Intervenants :
- Lundi 11 avril : Quentin Badaire, doctorant à l'ENS-Ulm : La définition deleuzo-guattarienne du capitalisme et ses enjeux
- Lundi 9 mai : Christian Kerslake, traducteur et chercheur indépendant : Value and Labour in Deleuze & Guattari and Bernard Schmitt
- Lundi 23 mai : Cédric Durand, professeur associé d'Économie Politique à l'Université de Genève : La plue-value à l'ère du techno-féodalisme
- Lundi 13 juin : Jérôme Rosanvallon, CIPh : Le capitalisme et ses dehors

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Actualité de Deleuze & Guattari (VI). Logiques, devenirs et dehors du capitalisme

Quentin BADAIRE et Jérôme ROSANVALLON

dateDate : 23/05/2022 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Hybride

nota beneCopier le lien dans votre navigateur : https://us02web.zoom.us/my/jerome.rosanvallon

lieu Adresse : Salle non accessible aux personnes à mobilité réduite, USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris. Inscription obligatoire sur https://form.jotform.com/CIPhFormulaires/usic_acces

Résumé : Séminaire organisé en collaboration avec les Archives Husserl - Pays germaniques UMR 8547.


L’actualité de la philosophie que Gilles Deleuze et Félix Guattari ont élaborée de 1972 à 1991 est plus brûlante que jamais. De la métaphysique pure à la géopolitique contemporaine, il n’est aucun domaine de réalité dont ils n’ont ressaisi ou anticipé les révolutions passées ou à venir. Mettre en lumière leur avance partout persistante est l’objet précis de ce séminaire.
Ces trois dernières années ont été consacrées à l’analyse de la « stratification anthropomorphe » ou « histoire universelle » qu’ils caractérisent de façon triplement nouvelle : 1/ en la situant en-deçà du partage nature/culture ; 2/ en lui donnant pour objet les flux de toute nature et leur double versant, technique et symbolique, plan du « contenu » et de l’« expression » ; 3/ en reconnaissant sa non-linéarité et sa contingence, les formations sociales qui la constituent se déployant simultanément selon différents « seuils de déterritorialisation ».
Après avoir retracé les genèses contingentes de l’État archaïque et du capitalisme, il nous reste à présent à envisager leur devenir propre – le capitalisme, défini par Deleuze & Guattari comme « axiomatique des flux décodés », s’inventant en inventant par là-même les États modernes, « modèles de réalisation » polymorphes de cette axiomatique. Lui-même en constante évolution, le capitalisme (d’abord marchand, puis industriel, financier, et aujourd’hui numérique ou « de surveillance »), déploie sous diverses formes que manifestent ces couches successives superposées, une seule et même logique décrite par Marx sous le nom de plus-value. La force de Deleuze & Guattari est de refonder cette théorie marxiste de la plus-value (et de sa capture) en en montrant l’insuffisance – à l’aide notamment des travaux de l’économiste Bernard Schmitt. De quoi et de qui le « capitalisme mondial intégré » (nommé ainsi par Guattari en ce « qu’il entend surcoder et contrôler » toutes les activités humaines) extorque-t-il une plus-value ? Quelles nouvelles formes prend-elle au XXIe siècle et à quelles limites celles-ci se heurtent-elles ? Nous verrons ainsi comment le capitalisme contribue paradoxalement à rendre possible ce qui échappe au moins en partie à sa logique.
Intervenants :
- Lundi 11 avril : Quentin Badaire, doctorant à l'ENS-Ulm : La définition deleuzo-guattarienne du capitalisme et ses enjeux
- Lundi 9 mai : Christian Kerslake, traducteur et chercheur indépendant : Value and Labour in Deleuze & Guattari and Bernard Schmitt
- Lundi 23 mai : Cédric Durand, professeur associé d'Économie Politique à l'Université de Genève : La plue-value à l'ère du techno-féodalisme
- Lundi 13 juin : Jérôme Rosanvallon, CIPh : Le capitalisme et ses dehors

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

Actualité de Deleuze & Guattari (VI). Logiques, devenirs et dehors du capitalisme

Quentin BADAIRE et Jérôme ROSANVALLON

dateDate : 13/06/2022 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Hybride

nota beneCopier le lien dans votre navigateur : https://us02web.zoom.us/my/jerome.rosanvallon

lieu Adresse : Salle non accessible aux personnes à mobilité réduite, USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris. Inscription obligatoire sur https://form.jotform.com/CIPhFormulaires/usic_acces

Résumé : Séminaire organisé en collaboration avec les Archives Husserl - Pays germaniques UMR 8547.


L’actualité de la philosophie que Gilles Deleuze et Félix Guattari ont élaborée de 1972 à 1991 est plus brûlante que jamais. De la métaphysique pure à la géopolitique contemporaine, il n’est aucun domaine de réalité dont ils n’ont ressaisi ou anticipé les révolutions passées ou à venir. Mettre en lumière leur avance partout persistante est l’objet précis de ce séminaire.
Ces trois dernières années ont été consacrées à l’analyse de la « stratification anthropomorphe » ou « histoire universelle » qu’ils caractérisent de façon triplement nouvelle : 1/ en la situant en-deçà du partage nature/culture ; 2/ en lui donnant pour objet les flux de toute nature et leur double versant, technique et symbolique, plan du « contenu » et de l’« expression » ; 3/ en reconnaissant sa non-linéarité et sa contingence, les formations sociales qui la constituent se déployant simultanément selon différents « seuils de déterritorialisation ».
Après avoir retracé les genèses contingentes de l’État archaïque et du capitalisme, il nous reste à présent à envisager leur devenir propre – le capitalisme, défini par Deleuze & Guattari comme « axiomatique des flux décodés », s’inventant en inventant par là-même les États modernes, « modèles de réalisation » polymorphes de cette axiomatique. Lui-même en constante évolution, le capitalisme (d’abord marchand, puis industriel, financier, et aujourd’hui numérique ou « de surveillance »), déploie sous diverses formes que manifestent ces couches successives superposées, une seule et même logique décrite par Marx sous le nom de plus-value. La force de Deleuze & Guattari est de refonder cette théorie marxiste de la plus-value (et de sa capture) en en montrant l’insuffisance – à l’aide notamment des travaux de l’économiste Bernard Schmitt. De quoi et de qui le « capitalisme mondial intégré » (nommé ainsi par Guattari en ce « qu’il entend surcoder et contrôler » toutes les activités humaines) extorque-t-il une plus-value ? Quelles nouvelles formes prend-elle au XXIe siècle et à quelles limites celles-ci se heurtent-elles ? Nous verrons ainsi comment le capitalisme contribue paradoxalement à rendre possible ce qui échappe au moins en partie à sa logique.
Intervenants :
- Lundi 11 avril : Quentin Badaire, doctorant à l'ENS-Ulm : La définition deleuzo-guattarienne du capitalisme et ses enjeux
- Lundi 9 mai : Christian Kerslake, traducteur et chercheur indépendant : Value and Labour in Deleuze & Guattari and Bernard Schmitt
- Lundi 23 mai : Cédric Durand, professeur associé d'Économie Politique à l'Université de Genève : La plue-value à l'ère du techno-féodalisme
- Lundi 13 juin : Jérôme Rosanvallon, CIPh : Le capitalisme et ses dehors

>> Partager

    image philosophie