AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Journée d'étude Philosophie/Arts et littérature

L'œuvre d'art à l'époque de la numérisation : beauté, critique, reconnaissance

Gaetano CHIURAZZI

dateDate : 23/06/2022 heure Début : 9h -> Fin : 18h  O.K.

lieu Adresse : Sala Lauree « Terracini », Palazzo Nuovo, Via Sant'Ottavio, 20, 10124 Torino (Italie)

Résumé : Journée d'étude organisée en collaboration avec le Dipartimento di Filosofia e Scienze dell'Educazione, Università di Torino (Italie).


La production d’œuvres d’art numérisées est aujourd’hui un fait plutôt commun : on est submergé par de la musique, des images, des films, etc. produits numériquement. Il s’agit dans ce cas d’art fait avec un instrument numérique. Ce qui est nouveau est qu’on puisse avoir de l’art fait « directement » par un programme numérique, par exemple par un ordinateur. Cette journée d'étude se proposera de stimuler une réflexion sur de telles œuvres d’art numérisées, pour élargir la discussion à la définition de l’art et de la technique mêmes. Il faudra alors répondre à la question de savoir si on peut considérer ces produits numériques comme des créations artistiques véritables, ce qui revient à se demander quel serait, le cas échéant, le « trait distinctif » d’une œuvre d’art.
Pour répondre aux questions posées, il faut partant s’interroger sur les traits que la tradition philosophique a indiqué comme propres à l’œuvre d’art, à savoir :
1) la beauté : une œuvre d’art est considérée comme telle si elle répond à des critères de beauté, identifiés à leur tour dans l’équilibre, la symétrie, la proportion, etc. Ces paramètres sont-ils suffisants pour qualifier d’œuvre d’art le produit d’un algorithme numérique ?
2) la critique : une œuvre d’art a une fonction éminemment critique, c’est-à-dire qu’elle présente une perspective, une manière de voir, ou une possibilité différentes par rapport à ce qui existe actuellement. Peut-on repérer dans les produits mêmes de l’Intelligence Artificielle une portée critique comparable ?
3) la reconnaissance : l’œuvre d’art serait une sorte de « miroir », le lieu d’une auto-reconnaissance de l’homme, une sorte d’« autoportrait », en tant que produit de son action et donc expression de sa liberté. En quel sens pourrait-on dire que l’œuvre d’art numérique représente elle-même, pour nous, un tel miroir ?




Cela nous conduit, en somme, à nous interroger sur le rôle que l’art, et en général la technique, ont dans la société contemporaine : peut-on encore considérer les traits traditionnels de l’art comme convenant aussi à l’art numérique ? Et dans quelle perspective ?
Intervenants : Emmanuel Alloa, Université de Fribourg ; Alessandro Bertinetto, Université de Turin ; Barbara Carnevali, EHESS, Paris ; Gaetano Chiurazzi, CIPh, Université de Turin ; Jean-Paul Fourmentraux, Aix-Marseille Université ; Claudia Blümle, Humboldt Universität, Berlin ; Massimo Leone, Université de Turin.

Cette journée d'étude fera l'objet d'un programme détaillé.

>> Partager

    image philosophie