image philosophie

Rosaria CALDARONE

Actuel(le) Directeur de programme Italie  du 01/07/2022  au 30/06/2028

Direction de programme : L'échange de figure. Différence érotique et différence sexuelle entre philosophie et littérature

Résumé : Ce projet de recherche se propose de revenir sur les notions, aujourd’hui très débattues, de « sexe », « genre », « différence sexuelle » à partir d’une mise à feu renouvelée de la question de l’éros platonicien, qui apparaît, dans son temps, comme une puissante reprise et subversion de l’ancienne pédérastie pour laquelle l’asymétrie et la non réciprocité entre l’amant (erastes) et l’aimé (eromenos) étaient un fait indiscutable. Nous essayerons de montrer que le nouveau concept que Platon confère à l’éros, en bouleversant la tradition, comporte une première et puissante déconstruction de l’ordre naturel du « sexe » et de la «différence sexuelle», alternative à celle exercée par le « genre » ; déconstruction qui permet de voir et de résoudre, en outre, certaines apories internes à la notion de « genre ». Le cœur de notre projet est lié à la décision, qui éclate dans le champ de la philo-sophie avec Platon, de ne pas séparer le désir sexuel du parcours de la connaissance. Le lien entre éros et philosophie indique ainsi que l’éros n’appartient pas (uniquement) à la nature : son excès par rapport à l’ordre naturel lui confère la possibilité de graver sur le corps jusqu’à déterminer une ré-écriture de la différence sexuelle capable de signifier à nouveau, en la libérant de sa fixité naturelle, la donnée de son inscription dans le corps naturel. Nous retrouvons la trace de cette ré-écriture de la différence sexuelle dans l’emploi des mots erastes/eromenos, mantenus par Platon mais soustraits à la longue tradition de la non-réciprocité : aussi bien à celle socio-culturelle qu’à celle poétique, et relancés à l’intérieur d’une réciprocité pleine mais également (bien que différemment par rapport au passé) asymétrique, ayant son noyau dans ce que dans l’Alcibiade I Platon appelle échange des rôles (metabalein to schematos).
Bien avant la société, l’éducation, les normes, donc, le sexe peut être donné par et dans la relation érotique : voilà notre thèse tirée par la lecture de Platon.
Même s’il se propose de mettre en jeu en profondeur une partie consistante de la tradition philosophique de l’Occident, avec l’aide de figures incontournables de la pensée contemporaine comme Foucault, Lacan, Derrida, Heidegger, notre discours s’installe aussi dans une incontournable intersection entre philosophie et littérature, exigée par la question de l’éros qui transforme le discours philosophique en discours littéraire où l’on ne peut pas dissocier celui qui parle de la matière dont il parle.