Actualité de la philosophie

Séminaire : Que peut la poésie à l'âge du Capital ? Réserves pour une praxis de l'écriture

11-01-2023

Sous la responsabilité de Yoann LOIR


Mercredi 1er février à 18h15 report de la séance du 12 janvier. Cette séance aura lieu uniquement en visioconférence au lien suivant : https://univlyon3.webex.com/meet/yoann.loir


L’insistance sur la conjonction Poésie et Révolution a laissé dans l’ombre la question fondamentale du rapport antithétique de la Poésie au Capital. Depuis les nouvelles modalités du lyrisme inventées par Baudelaire à l’apogée du capitalisme jusqu’aux supermarchés de Houellebecq, en passant par le scandale de Panama chez Mallarmé et par les stratégies de Debord, quelques figures exemplaires et isolées ont pourtant hérité de cette antithèse criarde et senti la nécessité d’en faire l’objet d’une construction poétique. En situant leur poème à l’âge du Capital au risque d’être accusés de duplicité ou de trahison, ces écrivains ont interdit d’acter l’existence d’une société sans poème – sinon à l’état latent, comme la négation d’un ordre existant. Ce geste visant l’appropriation de la situation historique trahit une écriture qui ne jouit ni de perspectives politiques préalablement déterminées ni d’une assise théorique pouvant l’assurer de l’orientation de l’histoire sociale. En recueillant ces tentatives, le séminaire cherchera à montrer que la poésie s’enquiert des ambiguïtés réellement constitutives qui éclairent sa situation dans la « société productrice de marchandises » et offrent en retour un aperçu sur le principe de sociabilité qui régit cette société.
La crise de l’expérience poétique diagnostiquée par Walter Benjamin sera abordée en articulant les conditions matérielles de production du poème avec ses enjeux symboliques. Comprendre l’actualité de la poésie dans le cadre d’une théorie matérialiste ne revient pas seulement à interroger les effets de l’infrastructure, c’est établir ses coordonnées dans le champ symbolique où « Capital », « Marchandise », « Argent », « Travail » deviennent des noms. En quoi le pouvoir de nomination, la forme, le rythme et les images poétiques sont-ils en mesure de contrebalancer le discours englobant de l’économie ? Quelle efficacité pragmatique accorder à la poésie ? Quelles réserves offre-t-elle pour constituer une praxis de l’écriture ?


Intervenant : David Jérôme, docteur en philosophie, enseignant au lycée du Val-de-Saône de Trévoux

Écrans philosophiques

20-12-2022

Cinéphilosopher au cinéma Diagonal de Montpellier


COMMENT P[A/E]NSER LE MONDE ?


En partenariat avec le Cinéma Le Diagonal de Montpellier, ces écrans philosophique propose une démarche de cinéphilosopher sur des films de l’actualité ou du patrimoine. En quoi cette matière sensible et pensée qu’est le film nous donne-t-elle à penser, nous affecte-t-elle, et nous conduit-elle à explorer par les biais de la fiction ou du documentaire des expériences humaines, trop humaines ?
La séance consistera en une projection d’une œuvre, et en une discussion animée par un professeur de philosophie, Directeur de programme au Collège international de philosophie, et par un enseignant en cinéma, docteur en histoire, afin d’approfondir la dimension philosophique qu’éveille cette œuvre chez ses spectateurs. Œuvre de pensée, le film donne à penser. C’est ce partage du sensible que nous chercherons à recueillir ensemble dans la réflexion collective qui suivra la séance.

Animé par Rémy David, professeur de Philosophie à Montpellier et Directeur de programme au CIPh, et par Vincent Marie, professeur de cinéma et d’histoire, chercheur et également cinéaste.

  • Lundi 23 janvier à 20h : La famille Asada de Ryôta Nakano (2023, Japon, 2h07), en avant-première. Peut-on se réinventer une vie heureuse en l’esthétisant ? Filmer, photographier peut-il sublimer une vie engoncée dans ses normes ? Ryôta Nakano joue avec une palette très sensible à écouter les besoins d’attention ou de soin des japonais pris dans une société qui ne leur permet pas de s’épanouir.
  • Dimanche 12 mars à 11h : Tilo Koto de Sophie Bachelier et Valérie Malek (2021, France, 1h05) (en partenariat avec SOS Méditerranée dans le cadre de l’exposition des œuvres de Yancouba Badji, peintre Casamançais à la Maison des Relations Internationales de Montpellier, du 6 au 25 mars 2023). L’exil, fuite et recherche d’une réalité plus vivable, ne risque-t-il pas de conduire à des épreuves débouchant sur un enfer ? Mais qui revient pour informer, documenter cette violence et cette réalité si déceptive, aux antipodes des rêves européens qui portent l’émigration ? Peindre peut-il être le moyen de sublimer ce trauma, et d’engager une résilience, tout en partageant cette expérience avec ses concitoyens ?
  • Lundi 17 avril à 20h : M le maudit de Fritz Lang (1931, Allemagne, 1h45). Un tueur d’enfant en série terrorise une métropole : qui va l’arrêter ? Chef d’œuvre absolu ! Une construction magistrale, une narration très moderne, une œuvre à la matrice des genres, et mettant en scène des problèmes phi-losophiques et anthropologiques avec toutes les ressources du cinéma, pour ce premier film sonorisé de Fritz Lang. La scène du procès de la pègre constitue un pur moment d’anthologie de la puissance du 7ème art, en ouvrant un abîme de réflexion sur l’humanité du bourreau.

Trois films pour penser une esthétique du monde, une manière de réinventer la société pour rendre visibles ses souffrances et se demander comment prendre soin de ce vivre ensemble. Ce monde est-il pansable ?

Cinéma Diagonal, 5 rue de Verdun, Montpellier, arrêt de Tram Comédie.
www.cinediagonal.com
Contact : 04 67 58 89 47


Tarifs place : 7,50 euros plein tarifs ; tarifs réduits avec carte d’abonnement (5,50 euros, 5 euros, 4,50 euros selon carte) ; moins de 14 ans : 4 euros

Site du cinéma Diagonal

Colloque : Qui a peur de la déconstruction ?

20-12-2022

Sous la responsabilité de Isabelle Alfandary, professeur à l’Université de la Sorbonne Nouvelle, ancienne présidente du Collège international de philosophie, Anne Emmanuelle Berger, professeure émérite de littérature française et d’études de genre, Université Paris-8 / CNRS, Visiting Melodia E.Jones Chair, University at Buffalo et Jacob Rogozinski, professeur émérite à la Faculté de philosophie de Strasbourg.

Les 19* 20 et 21* janvier 2023 de 9h à 17h

* École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm,
Paris 75005, salle Dussane
Entrée libre

Université Panthéon Sorbonne, 12 place du Panthéon,
Paris 75005, salle 216
Sur inscription

Pour obtenir le lien Zoom ou vous inscrire le 20 janvier envoyer une demande à : claudia.simma@cnrs.fr

Programme du colloque

Le jazz en respect. Essai sur une déroute philosophique

19-12-2022

Paru aux éditions MF, collection Répercussions, le 20 octobre 2022

Publication de Joana Desplat-Roger, vice-présidente et directrice de programme au Collège international de philosophie.

Article dans le journal Libération du 22/10/2022 par Robert Maggiori

Site de l’éditeur