MARX, PRÉNOM : KARL

Pierre Dardot, Christian Laval

Paris, Gallimard, mars 2012

Collection : NRF Essais

832 pages

ISBN 9782070122646

34,90 €

 

La crise mondiale du capitalisme porte à redécouvrir Marx. Il serait pourtant vain d’y chercher une doctrine prête à l’emploi moyennant une simple actualisation. Ce livre se propose – la chose est plus ambitieuse qu’elle ne le paraît – d’apprendre quelque chose de cet ensemble de questions et de réponses, afin non pas d’y trouver l’assurance d’un avenir meilleur, mais de penser notre présente situation historique et sociale et d’en concevoir une issue possible.
Tous les grands textes de Marx cherchent à articuler deux perspectives très différentes. La première est la logique du capital comme système achevé – à la fois le mouvement inéluctable par lequel le capital se développe en une totalité qui se subordonne tous les éléments de la société, et le jeu des lois immanentes de la production qui le conduit à accoucher nécessairement d’un nouveau mode de production. La seconde est la logique stratégique de l’affrontement : la guerre des classes, sourde ou ouverte, transforme les conditions de la lutte, modèle les subjectivités des acteurs et, pour finir, dégage les dominés de l’assujettissement, leur traçant la voie de l’émancipation. Loin de donner à la doctrine une cohérence inentamable, le « communisme » est le moyen terme imaginaire chargé de résoudre cette tension entre les deux perspectives disparates qui écartèlent de l’intérieur la pensée de Marx.
Mettre en évidence cette disjonction indépassable – entre le jeu de l’action révolutionnaire dans l’histoire ou l’implacable automate qui brise toute résistance et se soumet chaque individu – nous aide à poser la question qui est aujourd’hui la nôtre : comment nous libérer du capitalisme, de cette forme historique qui est devenue « monde », sans être condamnés à le subir encore longtemps, au prix de ravages de tous ordres dont nous ne faisons aujourd’hui qu’entrevoir l’ampleur ?

Plus d’informations : Question Marx

La poursuite de la recherche en séminaire : Du public au commun

Les commentaires sont fermés.